Covid-19 : SIRE ! SIRE ! NOUS ALLONS TOUS MOURIR !!!!

  • Auteur de la discussion dartyduck
  • Date de début

AccroPC2

Fou du PC
Staff
#3 221
A contrario vous ne pouvez pas non plus prouver qu'il n'y a pas de liens.

Aller donc expliquer à mon pote qui a eu une myocardie peu de temps après qu'il ait été vacciné qu'il n'y a pas de lien, je pense qu'on va rire :)

Comme toujours les extrêmes sont dangereux et y a pas que DD comme extrémiste ici.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#3 222
A contrario vous ne pouvez pas non plus prouver qu'il n'y a pas de liens.

Aller donc expliquer à mon pote qui a eu une myocardie peu de temps après qu'il ait été vacciné qu'il n'y a pas de lien, je pense qu'on va rire :)

Comme toujours les extrêmes sont dangereux et y a pas que DD comme extrémiste ici.
???
Où vois-tu la négation de quoi que ce soit?!
Quoi d'extrême de demander des preuves?

Je vais ENCORE répéter:
- Aucun vaccin ni médicament ne peut prétendre être à risque zéro
- A ce titre, on procède donc à des ETUDES et on IDENTIFIE les risques
- On pèse les risques, et on les GERE.
- De là on ne retire PAS un vaccin si les chiffres bénéfices/risques sont plus que favorables à la vaccination.

Pour te faire un parallèle: il y a des formes prouvées d'allergie à la pénicilline. On arrête donc son usage parce qu'il y a cette allergie possible, ou on sauve des millions de vies avec un usage massif et mondial?

L'argument du "va lui expliquer à mon pote". Je le fais quand tu veux, ça tombe bien je suis en région parisienne. Si tu le prends ainsi, je peux tout à fait faire la démarche de lui expliquer que oui c'est malheureux, oui ça m'emmerde qu'il ait des effets indésirables, et que NON je ne cesserai pas de légitimer la vaccination tant que ces effets nocifs seront bien moindres que les bénéfices pour la majorité.

Et oui moi je vais rire avec joie parce que tu te doutes bien que je n'aurai AUCUN scrupule à le faire... et rire de cet obscurantisme absurde. Allez, arrêtons les chimios, les dégâts sont insupportables!

D'ailleurs je peux retourner ton argument de diverses manières
- va expliquer aux proches des malades qui, faute de vaccin, n'ont pas été protégés et en sont morts
- Va expliquer au tiers-monde qui fantasme d'avoir accès au vaccin qu'il est trop dangereux pour être utilisé.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#3 224
On ne critique pas mon traitement de base contre la syphilis STP :o
Je ne le critique pas, je suis allergique à une forme particulière de pénicilline justement. Je sais ce que ça donne de finir aux urgences à cause de ça.

Mais ça serait assez problématique si je devenais un queutard comme toi :D
 

dartyduck

Grand Maître
#3 225
???
Où vois-tu la négation de quoi que ce soit?!
Déjà il faudrait pouvoir identifier des effets secondaires qui pour le moment s'arrêtent à un mal de bras et un état grippal, comme pour tous les vaccins en fait.
Quoi d'extrême de demander des preuves?
ok. Alors, si je vais dans votre sens de logique, donnez moi des preuves qu'il n'y a aucun effet secondaire grave à la vaccination. :o
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#3 226
pour magellan et DD accro à troller, pas la peine de foncer dedans
 

Patakesse

Expert
#3 228
Mon dernier vaccin remontait à mes 16 ans (TETRACOQ). J'en ai 52.

Devant l'obligation de pass sur le lieu ou je travaille actuellement, et ne voulant pas acquérir un faux pass (via un complice à la sécu), je me suis fait déchirer le deltoïde par contrainte le 21 décembre 2021. Puis, alors que j'ai tout fait pour choper ce virus depuis 2020 sans succès, 15 jours après l'injection, il a enfin daigné me rendre visite. Ouf, je n'aurais pas à faire la deuxième dose, pas plus que les suivantes étant donné que ma mission actuelle sera terminée bien avant l'expiration de mon pass.

Un ami de ma compagne, qui a fait sa troisième dose il y a quelques jours, est dans un état critique à l'hôpital. Il a 40 ans, c'est un grand sportif, il n'avait aucun problème de santé. Le lendemain de l'injection, il a commencé à se sentir très mal, une intense sensation de brulure dans les poumons, des difficultés à respirer. Cela ne va pas aider ma compagne, qui ne veut pas se faire vacciner, à franchir le pas.

Fort de ma contamination, au sommet de ma charge virale (antigénique qui répond positif en 15 secondes !), j'ai tenté de le refiler à ma compagne à sa demande, sur 3 journées ou j'étais censé être très contagieux. Et bien elle ne l'a pas choppé. :( Ma fille non plus d'ailleurs, qui ne veut pas se faire vacciner non plus. Elle a été cas contact lors d'un "cluster" (elle est la seule non vaccinée de sa classe), elle est restée négative, tout comme à mon contact.

Aucune conclusion hâtive a en tirer, mais ce que je remarque à ma modeste échelle, c'est que c'est un festival de contaminations chez les vaccinés sur mon lieu de travail, alors que les non vaccinés autour de moi ne l'ont encore jamais attrapé (ou alors de manière asymptomatique).

La fortune des plus riches a doublée depuis cette "crise". Le patron de Pfizer, riche comme jamais (regardez les bénéfices de l'entreprise, c'est vertigineux), recommande un rappel tous les ans pour tout le monde, et tous les 3 mois pour les personnes immuno-déprimées. Si ce n'est pas la plus grande escroquerie de l'ère industrielle...
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#3 229
Aucune conclusion hâtive a en tirer, mais ce que je remarque à ma modeste échelle, c'est que c'est un festival de contaminations chez les vaccinés sur mon lieu de travail, alors que les non vaccinés autour de moi ne l'ont encore jamais attrapé (ou alors de manière asymptomatique).
A poster d'urgence sur les réseaux sociaux.

Si des gens s'enrichissent pendant la crise c'est que ce sont des menteurs ?
Les armateurs maritimes, les fabriquant de masques, pour les plus petits, mais les gros gagnants sont surtout Amazon, Microsoft, Netflix, ce sont eux qui ont créé le COVID19.
 
Dernière édition:

Patakesse

Expert
#3 230
Pour ça faudrait déjà que je les utilise... Mais même, surtout pas, on est un bon cluster non déclaré, les gens ont pas envie d'arrêter de bosser pour une grippette. Je doute qu'on soit un cas isolé, cela doit bien se produire ailleurs.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#3 231
A poster d'urgence sur les réseaux sociaux.

Si des gens s'enrichissent pendant la crise c'est que ce sont des menteurs ?
Les armateurs maritimes, les fabriquant de masques, pour les plus petits, mais les gros gagnants sont surtout Amazon, Microsoft, Netflix, ce sont eux qui ont créé le COVID19.
Et encore si on y réfléchit, la croissance monstrueuse de la demande induit directement une augmentation des capacités techniques. Le résultat indirect est la problématique de fourniture industrielle du matériel... donc l'augmentation des prix. Cela ne peut qu'être néfaste à terme pour ces sociétés qui sont complètement tributaires des échanges commerciaux que pour les aspects purement technologiques.
Ce que nous subissons comme inflation, cela représente pour eux des impacts démentiels je pense.
 

Patakesse

Expert
#3 232
Si des gens s'enrichissent pendant la crise c'est que ce sont des menteurs ?
Les armateurs maritimes, les fabriquant de masques, pour les plus petits, mais les gros gagnants sont surtout Amazon, Microsoft, Netflix, ce sont eux qui ont créé le COVID19.
La binarité est un vilain défaut, sauf si tu es un ordinateur.

Non, l'escroquerie est plus simple, tellement simple que ça fonctionne à merveille. Les gens consomment en masse (ça les empêche de déprimer, ça les rend joyeux parait-il), les riches deviennent plus riches, se font construire des bunkers autonomes sur des iles, ont des projets démentiels de transhumanisme ou de colonisation d'autres planètes, on sauve des entreprises à coups de milliards en laissant bien de côté le système de santé qui réclamait des moyens dans la rue juste avant le début de la "crise", et tout cela permet d'occulter dans les esprits la véritable crise majeure infiniment plus grave et sans précédent, celle du changement climatique et de notre impact sur notre planète. Ou comment se dédouaner des vrais problèmes en les reportant sur un vilain virus (comme il en existe plein d'autres et plein d'autres à venir), via un arsenal de mesures digne d'un état de guerre, en entretenant la peur, outil de contrôle des masses par excellence. La peur de quoi ? De la mort. C'est à dire de la vie. Sujet ontologique universel par excellence. Comment toucher l'humanité toute entière autrement qu'a travers la peur irraisonnée de la mort ?

Je ne vais pas disserter sur ce sujet, je serais trop long. Mais manque de bol, je n'ai pas peur de la mort, mais alors vraiment pas, donc je suis totalement insensible à ce discours de peur. Je suis conscient à chaque instant que la vie est un miracle, que je ne suis rien à l'échelle de ce qui m'entoure, et que c'est ce qui fait le caractère précieux de la vie (je dis bien LA vie, pas MA vie).

La vraie terreur n'est pas dans ce virus qui occupe les esprits (rappelle moi d'où viennent les zoonoses, et pourquoi ces virus changent d'hôte ?), mais dans tout ce qui se joue partout dans le monde à cause de la 6e extinction de masse et du changement climatique, indéniablement imputé à l'activité humaine aujourd'hui. Les rapports scientifiques du monde entier constatent de plus en plus de changements à grande vitesse, la biodiversité (dont nous faisons partie, même si le monde virtuel et conceptuel qui nous avons créé fait tout pour nous le faire oublier) s'effondre. Ce n'est pas 0,5% des gens qui iront en soins intensifs, c'est 90% qui mourront de faim, dans un combat pour les ressources, engloutis par un tsunami, envahis par des migrants dont le pays se sera effondré. C'est ça l'escroquerie, on s'en tape de ce virus, il y a bien plus urgent à faire et ce n'est pas pour sauver des entreprises sans aucun avenir qu'il faut mettre des milliards, mais pour changer radicalement notre manière de vivre, ne plus renier notre condition et regarder un peu au delà de notre folie, de ce qu'on nomme "croissance" et qui n'est concrètement que la décroissance du vivant.

Il se joue la fin de notre espèce, et on déploie des mesures colossales pour combattre un petit organisme encore plus insignifiant que nous, pour ne pas s'atteler aux vrais problèmes qui demandent des changements radicaux de vie. Non, nous on veut sauver l'économie, la "croissance", notre "confort", et advienne que pourra, la science nous sauvera. Une espèce "intelligente" l'homme, vraiment ?
 

magellan

Modérâleur
Staff
#3 233
La binarité est un vilain défaut, sauf si tu es un ordinateur.

Non, l'escroquerie est plus simple, tellement simple que ça fonctionne à merveille. Les gens consomment en masse (ça les empêche de déprimer, ça les rend joyeux parait-il), les riches deviennent plus riches, se font construire des bunkers autonomes sur des iles, ont des projets démentiels de transhumanisme ou de colonisation d'autres planètes, on sauve des entreprises à coups de milliards en laissant bien de côté le système de santé qui réclamait des moyens dans la rue juste avant le début de la "crise", et tout cela permet d'occulter dans les esprits la véritable crise majeure infiniment plus grave et sans précédent, celle du changement climatique et de notre impact sur notre planète. Ou comment se dédouaner des vrais problèmes en les reportant sur un vilain virus (comme il en existe plein d'autres et plein d'autres à venir), via un arsenal de mesures digne d'un état de guerre, en entretenant la peur, outil de contrôle des masses par excellence. La peur de quoi ? De la mort. C'est à dire de la vie. Sujet ontologique universel par excellence. Comment toucher l'humanité toute entière autrement qu'a travers la peur irraisonnée de la mort ?

Je ne vais pas disserter sur ce sujet, je serais trop long. Mais manque de bol, je n'ai pas peur de la mort, mais alors vraiment pas, donc je suis totalement insensible à ce discours de peur. Je suis conscient à chaque instant que la vie est un miracle, que je ne suis rien à l'échelle de ce qui m'entoure, et que c'est ce qui fait le caractère précieux de la vie (je dis bien LA vie, pas MA vie).

La vraie terreur n'est pas dans ce virus qui occupe les esprits (rappelle moi d'où viennent les zoonoses, et pourquoi ces virus changent d'hôte ?), mais dans tout ce qui se joue partout dans le monde à cause de la 6e extinction de masse et du changement climatique, indéniablement imputé à l'activité humaine aujourd'hui. Les rapports scientifiques du monde entier constatent de plus en plus de changements à grande vitesse, la biodiversité (dont nous faisons partie, même si le monde virtuel et conceptuel qui nous avons créé fait tout pour nous le faire oublier) s'effondre. Ce n'est pas 0,5% des gens qui iront en soins intensifs, c'est 90% qui mourront de faim, dans un combat pour les ressources, engloutis par un tsunami, envahis par des migrants dont le pays se sera effondré. C'est ça l'escroquerie, on s'en tape de ce virus, il y a bien plus urgent à faire et ce n'est pas pour sauver des entreprises sans aucun avenir qu'il faut mettre des milliards, mais pour changer radicalement notre manière de vivre, ne plus renier notre condition et regarder un peu au delà de notre folie, de ce qu'on nomme "croissance" et qui n'est concrètement que la décroissance du vivant.

C'est ça l'escroquerie. Il se joue la fin de notre espèce, et on déploie des mesures colossales pour combattre un petit organisme encore plus insignifiant que nous, pour ne pas s'atteler aux vrais problèmes qui demandent des changements radicaux de vie. Non, nous on veut sauver l'économie, la "croissance", notre "confort", et advienne que pourra, la science nous sauvera.
Un paquet de hors-sujet dangereux:
- Ceux que tu accuses de tous les maux (les plus riches etc) sont tout autant impactés par cette pandémie. Nombre d'industries ont dû se mettre à l'arrêt, et tout un tissu industriel pâtit encore de l'interconnexion mondiale de l'économie. Certains s'enrichissent, c'est indéniable, mais il n'y a aucun complot. Chaque époque historique, chaque élément même dans la nature fonctionne sur les mêmes raisonnements à savoir "adapte-toi ou péris". Quand la route de la soie s'est ouverte, cela a fait la fortune de marchands, et fait mourir d'autres faute de clients. Quand un changement brusque d'environnement se produit, certaines espèces périssent faute de pouvoir s'adapter, quand d'autres plus adaptées se développent voire même étouffent ce même environnement. Les extinctions de masse en sont des preuves évidentes.
- Pour le changement climatique... oui il y a des changements, notre activité n'y est pas étrangère. Ce sont des faits. A partir de là, il faut aussi reprendre quelques raisonnements qui sont curieusement omis dans cette réflexion. De quoi je parle? Et le gaspillage monstrueux fait dans notre production alimentaire? Et le manque de discernement dans la répartition des territoires agraires? Ces modèles d'industrialisation ont été mis en place... pour éviter la famine dans un premier temps. L'usage des engrais azotés n'est pas sorti du plaisir/fantasme de produire en masse pour s'enrichir, mais de répondre tout simplement à une demande sans cesse croissante. Un rapport datant de la fin du XIXème siècle donnait comme perspective une famine colossale à cause de l'incapacité de produire suffisamment pour tous. C'est à ce moment que la mise au point des engrais a été poussée. Sinon? Cela aurait arrangé tout le monde de ne pas ajouter un coût dans la production. Pragmatisme avant tout: pourquoi dépenser plus quand on peut l'éviter?
- La peur de la Mort n'a même pas à être instrumentalisée. Les cultures qui ne craignent pas la Mort ne sont pas nombreuses, et sont loin d'être majoritaires. Pire: on éduque les masses (religion, culture...) à voir dans la Mort une étape qu'il faut craindre non à cause de la disparition, mais du jugement de l'âme. C'est en cela que la religion chrétienne passe par une ambiguïté entre "le paradis est mieux car l'enfer c'est ici" et "le jugement de l'âme pour déterminer sa dernière destination". Dans ces conditions, pas besoin d'aller chercher un complot quelconque, nous nous débrouillons bien pour avoir cette crainte. En plus, cela s'adosse à des craintes instinctives: la peur du néant, la peur du noir... donc en gros, nulle nécessité de voir dans cette peur un outil, puisque nous nous l'assénons par nous-même!
- La zoonose est valide dans tous les cas en biologie. ça ne se contente pas d'être pour nous... Et le virus se contrefout de la politique, de la philosophie. Il s'adapte selon les hôtes disponibles, et il ira sur tout hôte susceptible d'être porteur. C'est par exemple le cas de la rage pour faire simple. La rage nous est transmise en dernier lieu, et la Nature a créé des êtres porteurs sains suite à des milliers d'années de contamination des espèces considérées.
- Les problématiques induites par l'écologie et la proximité de l'Homme avec ce qu'on a la bêtise de distinguer en étant la Nature et le monde humain ne sont pas nouvelles... Car ces éléments existent déjà dans la proximité voire la promiscuité des espèces entre elles. La prolifération de certaines espèces et ce sans notre intervention (par exemple dans les forêts dites vierges dans le monde entier) démontrent par A+B que le concept de cohabitation est un fantasme de gens faisant de l'anthropomorphisme à tort à et travers. Une colonie de fourmis s'adapte, elle grandit, et si l'environnement se révèle plus fort qu'elle... elle disparaît. Nul besoin de nous pour que de vraies guerres aient lieu dans la Nature.

Tu sais quelle est la vraie escroquerie? C'est de poser un regard condescendant sur notre société, alors que c'est l'Homme par lui-même qui mériterait ce jugement. Je te l'ai déjà dit, il n'y a pas de bon/mauvais sauvage, pas plus qu'il n'y a de bon/mauvais capitaliste... Il n'y a que des Hommes, et il n'y a pas de bonne attitude à avoir vis-à-vis de quoi que ce soit. Quelque puisse être notre façon de vivre, on consomme sur notre environnement, et cela induit obligatoirement un impact. Notre taille de population est LE critère fondamental de l'impact, tout comme une nuée de sauterelles démolit un écosystème quand elle passe dedans.

Raisonner notre existence passe, selon moi, par une démarche non pas absurde et nihiliste, mais clairement par de la raison (au sens pur du terme). Croire revenir des siècles en arrière, renier les progrès de la science, c'est aussi absurde que de penser "après moi le déluge". Notre existence même est en soi consommatrice de ressources, qu'elles soient alimentaires ou autres.
Prenons deux extrêmes:
- On revient à l'âge de pierre? Alors on fait quoi? Peaux de bêtes, feux de bois et vie troglodyte?
- On continue à polluer sans se préoccuper de quoi que ce soit?
Les deux axes sont débiles.
D'ailleurs: remercions les progrès de la science qui permettent à beaucoup de justement se préoccuper de ces problèmes de pollution et de gâchis absurde de ressources! Nous sommes probablement la première société (au sens mondial du terme) à avoir une réflexion mondiale, là où nos prédécesseurs se moquaient allègrement de tout. Dois-je encore te rappeler que la Tamise était noire et grasse du temps de la révolution industrielle? Dois-je encore te rappeler l'état sanitaire atroce des villes faute d'assainissement raisonnés? Dois-je enfin remettre en perspective que le progrès est en cours, et qu'il faut que cela perdure et devienne non des gestes unitaires, mais bien des doctrines générales?

PS: à ce titre, nous autres "riches" nous faisons la leçon aux pays dits "pauvres"... Quelle foutaise! Tu serais dans un pays pauvre, ta première préoccupation ne serait pas l'écologie mais la survie, comme tout le monde.
 
Dernière édition:
Appréciations: drul

drul

Obscur pro du hardware
Staff
#3 234
Ce qui me dérange des les propos de @Patakesse, c'est l'amalgame fait entre 2 crises totalement indépendante.
- La crise environnementale à t'elle crée le Covid ? à priori rien ne le laisse à penser
- Les réactions des divers états sont t'il là uniquement pour "cacher" la crise environnementale ? Pure spéculation complotiste.

Je crois juste que nos gouvernement lutte contre ces 2 fléaux avec les armes qu'ils ont, c'est tout. La lutte contre le covid est bien plus "simple" et polarisée que la lutte climatique: mettre un terme au covid va arranger tout le monde ou presque, alors que lutter contre le réchauffement pose énormément de problème économique et demande surtout, comme tu l'as bien spécifié une refonte totale de notre approche sociétale, de notre mode de vie.
 
Dernière édition:

dartyduck

Grand Maître
#3 235
La binarité est un vilain défaut, sauf si tu es un ordinateur.

Non, l'escroquerie est plus simple, tellement simple que ça fonctionne à merveille. Les gens consomment en masse (ça les empêche de déprimer, ça les rend joyeux parait-il), les riches deviennent plus riches, se font construire des bunkers autonomes sur des iles, ont des projets démentiels de transhumanisme ou de colonisation d'autres planètes, on sauve des entreprises à coups de milliards en laissant bien de côté le système de santé qui réclamait des moyens dans la rue juste avant le début de la "crise", et tout cela permet d'occulter dans les esprits la véritable crise majeure infiniment plus grave et sans précédent, celle du changement climatique et de notre impact sur notre planète. Ou comment se dédouaner des vrais problèmes en les reportant sur un vilain virus (comme il en existe plein d'autres et plein d'autres à venir), via un arsenal de mesures digne d'un état de guerre, en entretenant la peur, outil de contrôle des masses par excellence. La peur de quoi ? De la mort. C'est à dire de la vie. Sujet ontologique universel par excellence. Comment toucher l'humanité toute entière autrement qu'a travers la peur irraisonnée de la mort ?

Je ne vais pas disserter sur ce sujet, je serais trop long. Mais manque de bol, je n'ai pas peur de la mort, mais alors vraiment pas, donc je suis totalement insensible à ce discours de peur. Je suis conscient à chaque instant que la vie est un miracle, que je ne suis rien à l'échelle de ce qui m'entoure, et que c'est ce qui fait le caractère précieux de la vie (je dis bien LA vie, pas MA vie).

La vraie terreur n'est pas dans ce virus qui occupe les esprits (rappelle moi d'où viennent les zoonoses, et pourquoi ces virus changent d'hôte ?), mais dans tout ce qui se joue partout dans le monde à cause de la 6e extinction de masse et du changement climatique, indéniablement imputé à l'activité humaine aujourd'hui. Les rapports scientifiques du monde entier constatent de plus en plus de changements à grande vitesse, la biodiversité (dont nous faisons partie, même si le monde virtuel et conceptuel qui nous avons créé fait tout pour nous le faire oublier) s'effondre. Ce n'est pas 0,5% des gens qui iront en soins intensifs, c'est 90% qui mourront de faim, dans un combat pour les ressources, engloutis par un tsunami, envahis par des migrants dont le pays se sera effondré. C'est ça l'escroquerie, on s'en tape de ce virus, il y a bien plus urgent à faire et ce n'est pas pour sauver des entreprises sans aucun avenir qu'il faut mettre des milliards, mais pour changer radicalement notre manière de vivre, ne plus renier notre condition et regarder un peu au delà de notre folie, de ce qu'on nomme "croissance" et qui n'est concrètement que la décroissance du vivant.

Il se joue la fin de notre espèce, et on déploie des mesures colossales pour combattre un petit organisme encore plus insignifiant que nous, pour ne pas s'atteler aux vrais problèmes qui demandent des changements radicaux de vie. Non, nous on veut sauver l'économie, la "croissance", notre "confort", et advienne que pourra, la science nous sauvera. Une espèce "intelligente" l'homme, vraiment ?
un peu fouilli mais y'a du bon sens là-dedans :o
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#3 236
Oui pour le climat on a un autre sujet je crois.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#3 237
Ce qui me dérange des les propos de @Patakesse, c'est l'amalgame fait entre 2 crises totalement indépendante.
- La crise environnementale à t'elle crée le Covid ? à priori rien ne le laisse à penser
- Les réactions des divers états sont t'il là uniquement pour "cacher" la crise environnementale ? Pure spéculation complotiste.

Je crois juste que nos gouvernement lutte avec les armes qu'ils ont contre ces 2 fléaux avec les armes qu'ils ont, c'est tout. La lutte contre le covid est bien plus "simple" et polariser que la lutte climatique (mettre un terme au covid va arranger tout le monde ou presque), alors que lutter contre le réchauffement pose énormément de problème économique et demande surtout, comme tu la bien spécifié une refonte totale de notre approche sociétale.
D'autant plus fausse qu'on a en ce moment même énormément de décisions qui sont prises , même si elles sont selon beaucoup trop timides voire vaines.

Au surplus: ce qui pose LE souci actuel pour appliquer des procédures plus radicales concernant l'écologie, c'est que les politiques sont face à des contradictions impossibles à concilier:
- La crise COVID induit des effets sur l'emploi, la façon de vivre et de consommer.
- Révolutionner le fonctionnement global n'est pas faisable sans contrecoup massif... et donc provoquant inévitablement des crises sociales majeures.

Faisons un peu de réflexion purement historique: s'affranchir du charbon a été une bonne chose pour l'écologie en France. Dit comme ça, c'est une évidence... mais que dire des zones complètement sinistrées dans le nord qui ne se sont jamais relevées après la fermeture des mines? Cela fait des décennies que tout est fermé, et pour autant ces zones sont encore les plus pauvres du territoire. Manque d'attractivité? Centralisation excessive sur Paris? Agriculture impossible faute d'un climat propice? Tout a un impact évidemment, mais il est évident que fermer les mines n'a pas fait du bien du tout! Alors faire quoi? Fermer progressivement, ou tout d'un coup à l'anglaise avec Thatcher?

La pandémie met selon moi en évidence trois points fondamentaux
- Ce n'est pas la consommation (n'en déplaise à beaucoup) qui est le souci. Cela n'a pas freiné les consommateurs ayant le moyen de le faire. Non. Le problème est ceux dont l'emploi est en jeu, donc dont la survie immédiate est à prendre en compte.
- Que la communication de crise ne sera jamais une chose fonctionnelle en démocratie, car la critique et l'analyse (absurde ou non) rendra ladite communication "douteuse" (entre guillemets)
- Que l'obscurantisme jadis pris à la rigolade par chacun est désormais tel qu'il en devient toxique voire mortel. On se moquait des gens revendiquant la terre plate parce que c'était "boarf, c'est drôle et con, on peut s'en moquer". Quand on en arrive à délirer sur du "le vaccin aux puces 5G", là on verse dans le dangereux pour les personnes qui y sont confrontés.

La science n'est pas une religion. Le scientisme est aussi dangereux qu'un mouvement sectaire. En revanche, nier que la science n'est pas le diable, et que plus encore la science peut et surtout doit nous préserver de la folie, là ça fait sens. Je ne me prosterne pas devant un type en blouse blanche, parce que je ne me prosterne pas plus devant un type en toge. De ce point de vue, le doute est utile, mais il ne doit pas être cause d'un refus des faits.
"Je doute donc je suis"? NON. Quand tu doutes de tout sans avoir une raison valable et crédible de douter, tu es dans la paranoïa. Quand tu doutes parce que tu as des éléments éclairants pour contredire ce qu'on t'assène, là oui le doute est une arme utile.
Petite analogie: Je n'ai pas une confiance aveugle dans les résultats obtenus... parce qu'ils peuvent être contredits ensuite. Faute de mieux, je prends ce qu'on me donne et j'en tire des réflexions. Si l'étude me trompe, alors je dis "ok c'est faux, alors qu'est-ce qui est vrai?" et pas "si c'est faux, c'est que tout ce qui est annoncé l'est forcément".
 
Appréciations: drul

dedzix

Grand Maître
#3 240
il n'y avait pas les écolos aussi, donc la disparition des pirates a entraîné l'apparition des écolos qui a généré de la pollution (et pas que sonore).

Putain, Jack Sparrow aurait du avoir son Nobel mais ça aussi ça n'existait pas ! :(
 
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour répondre ici.
Membres en ligne
Aucun membre en ligne actuellement.
Derniers messages publiés
Statistiques globales
Discussions
840 055
Messages
7 511 891
Membres
1 583 191
Dernier membre
jcsadi
Partager cette page
Haut