L'affaire Clément Méric

job31

Admin tout frippé
Staff
#1
Ayé le jugement est tombé.
7 et 12 ans de prison requis contre les deux principaux accusés skinheads.

Ben moi ça me fout la gerbe.Bagarre "évitable". Oui si l'autre con n'avait pas attendu 40 minutes les skin devant le magasin il serait en vie. Vous connaissez l'histoire de Paf-le-vegan-leucémique-qui-provoque-des-skinhead ? Cela prêterait à sourire si ce n’était la triste vérité.12 ans de taule pour deux torgnoles mal placées. Alors oui un meurtre mérite une peine, mais merde les violeurs, qui eux ne font pas cela par accident ni après provocation, écopent de beaucoup moins. Monde de merde.
 

jbjar76

Expert
#2
Peine pleinement justifiée.On est pas sur un site de discution politique.De plus ce genre de discours par un administrateur je trouve cela plus que déplacé.Mais oui monde de merde mais pas dans ce cas precis.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#3
Bah ici c'est la section actualité et culture, donc voilà... je parle d'actualité :o
D'autre part je ne vois rien de politique à parler de l'affrontement de jeunes débiles. Eux appartenaient à des groupes politiques, mais ce sont avant tout des jeunes hommes dont le vide spirituel est rempli par la haine, des deux côtés.

Après qu'entends-tu par "ce genre de discours" ?

Sinon je me suis planté, ce n'est pas la peine qui est tombé mais les réquisitions du parquet, qui du coup fait son boulot en demandant les peines maximales. On verra la décision du juge de suivre ou non cette demande. Pour ma part, à travers les faits qui me sont portés par la presse, je pense que les skins ont des circonstances atténuantes, ils ont tout fait au début pour éviter un affrontement.

Bon après ce sont des skins, faut pas trop leur en demander question patience et humanisme. Des brutes, ni plus ni moins. Mais ne béatifions pas le jeune Clément, il a sa part de responsabilité.
C'est pourquoi je trouverais lourde une peine maximale.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#4
@Job.
j'ai du mal à contester ton point de vue. Ceci dit, concernant la justice, le fonctionnement est assez "logique"
- On analyse les conséquences pour déterminer la possibilité de sanction (homicide? Légitime défense? Meurtre prémédité?)
- On prend la situation qui a mené à ces conséquences, et l'on en tire une analyse pesant ce qui est aggravant (préméditation par exemple), ou atténuant (situation précise comme par exemple homicide involontaire dans le cadre d'une agression non préméditée)

De fait... je prends tout de même mes distances pour certaines réflexions. Ma problématique est purement juridique avant d'être éthique ou morale. Je m'explique: la durée de la peine devra être totalement fonction d'une analyse poussée, ceci selon les critères objectifs pouvant être pris en compte par le tribunal. Il y a eu un mort, et provocateur ou pas, responsable ou non de la réaction des videurs, cela reste tout de même une mort d'homme, chose qui d'un point de vue purement légal doit mener à une sanction pénale.

Qu'il s'agisse d'un homicide involontaire, ou bien d'une volonté délibérée de tuer, dans tous les cas la prison doit ici s'appliquer. A partir de là, n'ayant pas tous les éléments du dossier ni une présence dans le tribunal pour entendre tous les arguments, je me garderai de poser une opinion sur la peine exacte. On va me dire que je ne me mouille pas, que c'est se défausser et oui je le fais sans scrupule. Exemple concret: la réaction du net face à la mise en détention du buraliste qui a tué un des braqueurs de son bar/tabac. Est-ce qu'un vol de clopes mérite la mort? Quant bien même le buraliste avait de quoi devenir fou (vols à répétition), est-ce une solution que de tuer?

Dans tous les cas, le traitement médiatique de l'affaire dont tu parles est en soi un terrain boueux, parce qu'on aura le droit à tous les points de vue: à un bout du spectre des fachos tabassant à mort un pauvre gay/vegan/whatever minorité visible, à l'autre un provocateur ayant poussé à bout des gens dont le boulot est d'assurer la sécurité... bref, à boire et à manger (en ayant la nausée naturellement).
 

jbjar76

Expert
#5
Sry job j'avais pas vu actualité et culture.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#6


Ah mais on est bien d'accord ! De même que le buraliste, les skins qui ont participé à l’assassinat doivent payer le prix de leurs actes, mais je pense que la peine max ce serait cher payé et que s'ils prennent le max, à mon sens toujours, ce ne serait que l'expression primaire du courant populaire "bouh les vilains facho".

Si on enlève toute considération politique dans le débat, on se retrouve avec Gogol premier qui provoque Gogol deuxième. dans un combat perdu d'avance où malheureusement Gogol premier perd la vie.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#7


Aucun soucis, c'est ouvert à tout et à tous du moment qu"il n'y a pas de prosélytisme, ce que j'espère ne pas faire ici.

Ce qui me chagrine aussi dans l'affaire, et qui est inévitable, c'est qu'en prison les jeunes skins ne seront pas trop sur la voie de la réinsertion, mais plutôt en groupe fermé...

Le jugement est demain. Je l'attends moins que la fin du NDA sur les CG nvidia mais quand même.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#8

C''est une question sensible car elle pose déjà un problème à notre conception de la justice à savoir la modularité des peines, qui sont supposées être en regard des actes.

Dans le cas présent, j'ai envie de dire qu'il y a un problème plus profond que la seule justice: comment faire pour se départir de l'idéologie pour juger quand celle-ci est au coeur même du débat? je serais juré là je serais réellement emmerdé pour poser une opinion "réfléchie" et non épidermique.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#9
Ayé c'est tombé, Esteban Morillo a été condamné à onze ans de prison pour la mort, en 2013, du militant antifasciste Clément Méric, et Samuel Dufour à sept ans.
Dur, à mon avis. Notamment pour Dufour qui a quand même été dédouané de coup porté à Méric par un militant... anti-fa...

Vient aussi le biais du jury, ça fait tellement plus "in" de s'acharner sur des vilains facho, ça fait chouette à raconter à ses amis.
Ce ne fut pas le procès de deux jeunes paumés abrutis, mais celui de l'extrême droite.
 
M

malisano.yol13

Invité
#10
C'est sûr que dans cette histoire le bon-sens et le savoir-vivre n'ont eu aucune place. On peut en effet s'interroger sur les intérêts du jury. C'est quand même bizarre qu'à chaque fois qu'un gouvernement coule, on nous sert le même discours.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#11
Je n'avais pas penser à cela mais c'est bien vu de ta part.
Regardez les méchants facho, la justice française vous protège, vive le président.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#13
Ce qui me choque vraiment, c'est qu'en droit romain on ne peut pas accuser quelqu'un sans preuve irréfutable.

Ben a priori si quand on juge l’extrême droite.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#14

Pas aussi simple: Le droit impose que les pièces permettant un faisceau d'hypothèses pouvant mener à un jugement ne peuvent être mises en doute. C'est d'ailleurs comme cela que peuvent être condamnés des assassins même si le corps demeure introuvable. Une tache de sang est une preuve indirecte et non directe,, mais elle peut suffire à placer une victime sur un lieu, et sa taille peut naturellement indiquer la gravité du saignement. Elle peut être réfutée en tant que preuve circonstancielle par exemple (ne prouvant pas la culpabilité immédiate du prévenu).

Tu peux prendre le cas d'une expertise médico légale: deux experts peuvent se contredire sur les conclusions, ce qui ne les invalide pas mutuellement pour autant. Charge aux avocats de défendre l'une ou l'autre, et aux jurés de se faire une opinion.

 

job31

Admin tout frippé
Staff
#15
Ouais... c'est chaud quand même pour le coup de poing américain.
Deux expertises contradictoires, pas retrouvé par la police, mais fait quand même parti des chefs d'accusation.
Perso, vu la populace, il y' a de fortes proba que ce coup de poing américain ait été utilisé, mais je trouve le chemin de la justice un peu limite et inquiétant.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#16

Ce n'est pas la justice en soi qui est à mettre en exergue, mais le fait qu'il est devenu impossible pour un juré de faire abstraction des implications médiatiques et/ou politiques. En l'espèce, on parle d'une bagarre entre des personnes de bords politiques totalement opposés, d'un décès de celui qui, par défaut sera forcément "la victime puisqu'il n'est pas le facho dans l'histoire". Et là, avec les possibilités illimitées ou presque des médias/internet donnant un battage affolant, le juré est forcément influencé d'une manière ou d'une autre.

Par essence, je prends systématiquement du recul, parce qu'en France la parole s'est souvent résumée à des discours du genre "si tu n'es pas gauchiste révolutionnaire rouge t'es forcément fasciste chemise noire et j'en passe". Facile comme démarche: si tu ne penses pas comme moi tu es nécessairement contre moi, ceci sans possibilité d'argumentation. Etant amoureux de l'Histoire, j'ai bien trop eu à faire avec des personnes me soutenant des inepties sur les mouvances extrémistes, le terrorisme ou encore sur ce qu'est un mouvement "fasciste".
- Et Ravachol avec ses attentats à la bombe? Il était de droite? Non, un anar plus à gauche que le plus extrême de l'extrême gauche
- Les brigades rouges? On les oublie?
- On parle de nazi? C'est écrit dessus: NSDAP... parti du travailleur national socialiste...

La justice là-dedans ne peut qu'être ternie parce que tous les acteurs se plaisent à manipuler les clichés et à user et abuser pour détourner le raisonnement des jurés. Là, cette affaire met selon moi surtout en lumière qu'on illustre plus les radicalités par une seule mouvance, en se gardant bien de rappeler que les mouvements d'extrême gauche peuvent, eux aussi, mener des actions violentes:
- émeutes "anti capitalistes"... ou comment simplifier la politique par "je ne suis pas d'accord donc je casse")
- Occupations violentes
- Destructions de biens lors de manifestations anti gouvernement ou bien "anti patron".
et j'en passe.

Je laisse le bénéfice du doute à ceux qui occupent leurs usines quand elles sont délocalisées, bien moins à un type cagoulé qui soi-disant revendique la liberté d'expression tout en tenant un coktail molotov ou une barre à mine à la main.
 

svoglimacci

check memory failed but no bug detected
#17
Déterrage :D
Juste pour le contrepied et uniquement sur ces propos, pas sur le fond de l'affaire Méric,
Regardez les méchants facho, la justice française vous protège, vive le président.
Euhhh on a failli (certes, failli) se prendre un président qui s'est appuyé sur la Manif Pour Tous qui est plutôt "regardez les méchants gauchos". Ce n'est qu'un tout petit exemple.

N'oublie juste pas que l'extrême droite est extrêmement forte pour se victimiser, extrêmement forte depuis avant même les réseaux sociaux pour balancer de la fake news et surtout pour faire du bruit et ce, l'air de rien, pénètre bien les esprits. Cela juste pour dire (je ne t'y associe pas) que les bruits permanents genre "on favorise les gauchos" ne sont pas forcément preuve de vérité. On entend bien plus rarement du "on favorise les flics" (par exemple) alors que ceux à qui il arrive d'étouffer, ou tirer dans le dos d'un mec (mec certes louche mais enfin) mangent très peu de taule ou autre. Et je ne te raconte pas les exemples venant de chez notre grand frère USA.
que s'ils prennent le max, à mon sens toujours, ce ne serait que l'expression primaire du courant populaire "bouh les vilains facho"
Bof. Le "populaire" je crois n'est plus trop à gauche n'est-il pas ?

Bon, je suis plutôt Anar (mais douce tendance Brassens) mais j'espère toutefois n'avoir, sans esprit partisan, fait que ré-équilibrer les pendules à l'heure (@magellan, c'est du bon français ça ? :D)

on se retrouve avec Gogol premier
Celui là ?:lol:
 

magellan

Modérâleur
Staff
#18
Déterrage :D
Juste pour le contrepied et uniquement sur ces propos, pas sur le fond de l'affaire Méric,
Euhhh on a failli (certes, failli) se prendre un président qui s'est appuyé sur la Manif Pour Tous qui est plutôt "regardez les méchants gauchos". Ce n'est qu'un tout petit exemple.

N'oublie juste pas que l'extrême droite est extrêmement forte pour se victimiser, extrêmement forte depuis avant même les réseaux sociaux pour balancer de la fake news et surtout pour faire du bruit et ce, l'air de rien, pénètre bien les esprits. Cela juste pour dire (je ne t'y associe pas) que les bruits permanents genre "on favorise les gauchos" ne sont pas forcément preuve de vérité. On entend bien plus rarement du "on favorise les flics" (par exemple) alors que ceux à qui il arrive d'étouffer, ou tirer dans le dos d'un mec (mec certes louche mais enfin) mangent très peu de taule ou autre. Et je ne te raconte pas les exemples venant de chez notre grand frère USA.
Bof. Le "populaire" je crois n'est plus trop à gauche n'est-il pas ?

Bon, je suis plutôt Anar (mais douce tendance Brassens) mais j'espère toutefois n'avoir, sans esprit partisan, fait que ré-équilibrer les pendules à l'heure (@magellan, c'est du bon français ça ? :D)

Celui là ?:lol:
Remettre les pendules à l'heure serait plus juste je pense... (encore que, mécaniquement une pendule est basée sur un concept d'équilibre et de contrepoids)

J'aimerais apporter une énorme correction à un propos qui me fait frémir. Qu'on conteste certaines actions policières disproportionnée, des violences injustifiées, qu'on les dénonce me semble sain en démocratie. En revanche, il faut connaître le terrain et ceux le pratiquent pour pouvoir porter un jugement intelligent et intelligible. Or, colporter qu'il y a beaucoup d'affaires de choses étouffées est non seulement hors de propos (car faux et très majoritairement basé sur des on-dits), mais pire encore insultants pour l'immense majorité de la profession.

Quelques mises au point: aujourd'hui, un policier qui fait usage de son arme est SYSTEMATIQUEMENT suspendu, et l'IGS intervient pour enquêter sur les conditions d'usage de l'arme.... qu'il y ait eu ou non des gens blessés/tués lors de l'usage de l'arme. Un tir en l'air suffit déjà à lancer la procédure. Etait-ce justifié? y avait-il d'autres moyens? Etc etc. donc déjà clairement un policier n'est JAMAIS incité à faire usage de son arme, car cela mène à minima à des enquêtes internes longues et délicates, au pire à des sanctions disciplinaires pas toujours justifiées qui plus est.

Le taux de suicide des policiers est en explosion. Songe-y: équipements hors d'âge, voire même dotation absente ce qui mène bien des policiers à ... acheter par devers eux le complément qui manque sur le pourtant indispensable! Complète par un total dénigrement systématique de la profession, un sous-effectif flagrant dans bien des commissariats, une hiérarchie qui ne les entend pas (qui ne veulent ou malheureusement ne peuvent pas le faire), un ministre de tutelle souvent incompétent voire même dédaigneux, des horaires dingues jamais payés, des surplus de travail (cf les heures supp' à cause des manifestations, de vigipirate...) et tu as une situation explosive.

Je trouve miraculeux qu'il n'y ait pas plus de vraies bavures. Je trouve d'autant plus miraculeux cela quand (comme moi) tu peux constater de visu les problèmes dans les quartiers difficiles, les manifestations qui tournent désormais systématiquement à l'émeute, et je ne parle même pas de la violence ordinaire du dédain des citoyens qu'ils sont supposés protéger. Comme susciter des vocations quand on parle de "poulet" "flicaille" et j'en passe? comment obtenir une quelconque envie de servir la population quand celle-ci te traite comme du déchet?

Les Français sont des schizophrènes: ils ne veulent ni contrôle ni police visible, mais que surtout celle-ci soit là dans les trois minutes s'il y a du tapage nocturne, s'il y a des jeunes qui parlent un peu fort, ou si un SDF s'est planté là sur un banc pour cuver son désespoir. Ils ne veulent surtout pas risquer de se faire braquer MAIS une présence policière? Ah ça, non c'est intolérable, ça fait tâche un uniforme.

Tant que les français n'auront pas résolu ce problème, jamais ils ne pourront s'entendre avec la police. Tant qu'ils n'auront pas compris qu'hélas l'homme est trop con pour se gérer lui-même des forces de l'ordre seront hélas indispensables.

Et PS: qu'on ne vienne pas me bourrer les tympans de foutaises comme celles "ouiii... le bruit des bottes ferrées, bla bla bla..." Les français IGNORENT et ce depuis des décennies ce qu'est le vrai bruit des bottes sur le bitume, la vraie peur du gendarme, la vraie crainte de l'emprisonnement d'office sans possibilité de se défendre. STOP: la démagogie merdique du "police partout sécurité nulle part" est une connerie insultante tant pour la démocratie, que pour celles et ceux qui vouent leurs vies à tenter de faire fonctionner tant bien que mal celle-ci... et ce aux prix de leur vie privée, de leurs attentes sociales, parce que c'est ça aussi être policier: écouter les simagrées d'une société qui aime qu'on lui torche le cul, et qui dans le même temps prétend détester le paternalisme d'état.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#19
@svoglimacci oui oui ZE gogol 1er... rhaaaa (et moi j'ai du LV88 comme disque de chevet bien en première ligne à côté de béru et Tagada Jones)

Ah pour les autres qui ne connaissent pas
 

svoglimacci

check memory failed but no bug detected
#20
(police) : Or, colporter qu'il y a beaucoup d'affaires de choses étouffées est non seulement hors de propos (car faux et très majoritairement basé sur des on-dits), mais pire encore insultants pour l'immense majorité de la profession.
Ah mais je n'ai rien dit sur le reste de la profession. J'aurais par contre dû, pour être bien clair, le préciser.
En ce qui concerne les on-dits, par contre non, ce ne sont pas des on-dits. Le Canard Enchaîné, pour ne citer que lui, suit ce genre d'affaires (et bien d'autres affaires plutôt de politique, qu'elle soient de gauche ou de droite) jusqu'à extinction judiciaire, et on en voit passer de belles. [Et qu'on en dévie pas à critiquer ce journal, on l'accuse de tout, on le menace, on pérore, mais pour les rares qui vont jusqu'à porter plainte en diffamation, le Canard n'a perdu qu'un procès. Je dis ça je dis rien...] Alors si, je maintiens qu'on entend trop rarement dire les "on favorise les flics" comme on entend dire "on favorise les gauchos"

Je recommence un peu avec cette même citation :
Or, colporter qu'il y a beaucoup d'affaires de choses étouffées est non seulement hors de propos
On entend bien plus rarement du "on favorise les flics" (par exemple) alors que ceux à qui il arrive d'étouffer, ou tirer dans le dos d'un mec (mec certes louche mais enfin) mangent très peu de taule ou autre
Où est le "beaucoup" ? :non: (et merci pour le "colporter" :D, je te promets ne pas être activiste, d'aucun bord que ce soit)

Quelques mises au point: aujourd'hui, un policier qui fait usage de son arme est SYSTEMATIQUEMENT suspendu, et l'IGS intervient pour enquêter sur les conditions d'usage de l'arme.... qu'il y ait eu ou non des gens blessés/tués lors de l'usage de l'arme.
Oui je le sais. Et sur le long terme ? A la fin de l'action de justice, après les appels, les machins et autres rebondissements des années plus tard, quand les noms et les actions sont oubliés ? D'où, plus haut, la citation du Canard qui, entre autres, suit tout cela en tentant de ne pas laisser passer le temps. Attention, je ne dis pas qu'au final il n'arrive rien au flics mais c'est rare.

donc déjà clairement un policier n'est JAMAIS incité à faire usage de son arme, car cela mène à minima à des enquêtes internes longues et délicates
Cf plus haut. On suit rarement les enquêtes jusqu'à leurs aboutissements. Attention encore, bien sûr que certains en prennent pour leur grade mais je te promets (et en ai aucune preuve, je jette mes journaux et n'ai plus trop de mémoire) que ce n'est pas la majorité.

Le taux de suicide des policiers est en explosion. Songe-y: équipements hors d'âge, voire même dotation absente ce qui mène bien des policiers à ... acheter par devers eux le complément qui manque sur le pourtant indispensable! Complète par un total dénigrement systématique de la profession, un sous-effectif flagrant dans bien des commissariats, une hiérarchie qui ne les entend pas (qui ne veulent ou malheureusement ne peuvent pas le faire), un ministre de tutelle souvent incompétent voire même dédaigneux, des horaires dingues jamais payés, des surplus de travail (cf les heures supp' à cause des manifestations, de vigipirate...) et tu as une situation explosive.
Oh oui, et je le déplore et, juste pour insister, n'ai jamais dit le contraire. Tiens, pour en revenir au Canard (j'insiste parce que je sens qu'on pourrait me renvoyer le "gauchisme féroce" de ce journal dans les dents. Non, pas toi @magellan ) le rappelle très régulièrement. C'est tout bonnement honteux. Rien à ajouter à ta liste exhaustive, pour des gens qui font un métier extrêmement rude.
Je trouve miraculeux qu'il n'y ait pas plus de vraies bavures. Je trouve d'autant plus miraculeux cela quand (comme moi) tu peux constater de visu les problèmes dans les quartiers difficiles, les manifestations qui tournent désormais systématiquement à l'émeute, et je ne parle même pas de la violence ordinaire du dédain des citoyens qu'ils sont supposés protéger. Comme susciter des vocations quand on parle de "poulet" "flicaille" et j'en passe? comment obtenir une quelconque envie de servir la population quand celle-ci te traite comme du déchet?

Les Français sont des schizophrènes: ils ne veulent ni contrôle ni police visible, mais que surtout celle-ci soit là dans les trois minutes s'il y a du tapage nocturne, s'il y a des jeunes qui parlent un peu fort, ou si un SDF s'est planté là sur un banc pour cuver son désespoir. Ils ne veulent surtout pas risquer de se faire braquer MAIS une présence policière? Ah ça, non c'est intolérable, ça fait tâche un uniforme.

Tant que les français n'auront pas résolu ce problème, jamais ils ne pourront s'entendre avec la police. Tant qu'ils n'auront pas compris qu'hélas l'homme est trop con pour se gérer lui-même des forces de l'ordre seront hélas indispensables.
Suidacord.

Et PS: qu'on ne vienne pas me bourrer les tympans de foutaises comme celles "ouiii... le bruit des bottes ferrées, bla bla bla..." Les français IGNORENT et ce depuis des décennies ce qu'est le vrai bruit des bottes sur le bitume, la vraie peur du gendarme, la vraie crainte de l'emprisonnement d'office sans possibilité de se défendre. STOP: la démagogie merdique du "police partout sécurité nulle part" est une connerie insultante tant pour la démocratie, que pour celles et ceux qui vouent leurs vies à tenter de faire fonctionner tant bien que mal celle-ci... et ce aux prix de leur vie privée, de leurs attentes sociales, parce que c'est ça aussi être policier: écouter les simagrées d'une société qui aime qu'on lui torche le cul, et qui dans le même temps prétend détester le paternalisme d'état.
Suidacord aussi. Juste que les "bottes ferrées" faisaient qu'avant les gendarmes étaient surnommés je crois "les chaussettes à clous" ;)

Bon, tout ça parce que tu as mal lu mon "arrive" :lol: ;)
On entend bien plus rarement du "on favorise les flics" (par exemple) alors que ceux à qui il arrive d'étouffer, ou tirer dans le dos d'un mec (mec certes louche mais enfin) mangent très peu de taule ou autre.
Et merci pour la zique <3
 
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour répondre ici.
Membres en ligne
  • frag132
Derniers messages publiés
Statistiques globales
Discussions
866 670
Messages
8 071 200
Membres
1 577 230
Dernier membre
zorro1394
Partager cette page
Haut