Le cas Matzneff (aka "Coin lecture de ce bon vieil Emile Louis")

job31

Admin tout frippé
Staff
#1
Matzneff est retiré des librairie par ses différents éditeurs.
A ce jour la maison Gallimard, ainsi que les éditions de la Table ronde et de Leo Scheer ont procédé au rappel des livres de l'écrivain pédophile. Je passerais sur l'idée de balle dans la nuque qui me traverse et qui n'engage que moi. Cependant le processus démocratique me semble ici bafoué.
Soit ses bouquins sont illégaux et ils faut que le parquet soit saisi à l'encontre des maisons d'édition et de l'auteur, soit ils sont immoraux et les gens qui se sont fait de l'argent en le publiant doivent faire un mea culpa véritable.
Mais céder à la pression médiatique, populaire, cela me choque. Verra-t-on un jour les livres de Sade interdits ? Qu'en est-il de Céline ?
L'idée de censurer des livres, aussi odieux soit-ils, me rappelle désagréablement une autre époque.
 

AccroPC2

Modérateur
Staff
#2
Hello,

Je pense pour ma part que si en effet cela peut s'apparenter à de la censure c'est plus une opération pour éviter le "bad buzz". Pour moi Polanski ne vaut pas beaucoup mieux et pourtant, non seulement il a relativement peu d'ennui mais on continue à financer ses films.

Bye
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#3
La différence notable c'est que les films ne Polanski ne font pas l'apologie des rapports non consenties, a priori (pas lu) chez Matzy c'est open bar sur l'expression de sa pathologie mentale.
 

SergioVE

Habitué
#4
Tu es pris dans le piège liberté d'expression et apologie de crimes. Difficile de s'en sortir. Liberté totale et vivent les écrits de Matzneff (comme toi, pas lu), Céline (beurk) ? Législation pour limiter les dérives et alors retour aux procès de Flaubert, Baudelaire ? Et les dévoiements qui s'ensuivent, comme ceux tendant à assimiler la critique de la politique menée par Israël à de l'antisémitisme...
 

yvesl

Grand Maître
#5
le problème avec ce mec, c'est que dans ses écrits, il se vente d'avoir séduit et couché avec des jeunes filles (largement) mineures, ce qui est un délit, c'est comme si un malfrat se ventait d'avoir fait un braquage, voire un crime de sang, acceptable?
 

svoglimacci

check memory failed but no bug detected
#6
Mais céder à la pression médiatique, populaire, cela me choque.
Alors là mon gars (mais tu le sais) on n'est pas sortis avec ce problème. Cette pression permet de faire tourner certains médias en boucle, ce qui alimente l'escalade, et donc la pression... jusqu'à un nouvel évènement. C'est c*n. Je préfèrerais avoir juste l'info brute, puis entendre quelques vrais analystes mener un débat contradictoire, mais pour cela on peut se gratter jusqu'à la prochaine guerre ! Et il y a tellement d'experts de mon c*l...
Mais céder à la pression médiatique, populaire, cela me choque.
Pareil. Mais cette pression peut être utile. Certaines associations l'alimentent très fort, surfent dessus, s'en servent pour obtenir des avancées, des lois, de la sensibilisation. Bien sûr, ces avancées sont faibles, mais un pas est toujours un pas. Sans la pression médiatique, ces progrès ne se feraient pas, ou beaucoup plus lentement. Après, à chacun de juger que ces associations défendent de bonnes ou de mauvaises idées, cela est subjectif.
Mais céder à la pression médiatique, populaire, cela me choque.
Bof. Je pense que celle-ci n'est qu'une conséquence de la pression médiatique. Mais je ne demande qu'à changer d'avis.
Cependant le processus démocratique me semble ici bafoué.
Disons que c'est du processus démocratique géré dans une urgence bidon, avec peu de débats et, surtout, avec peu de votants :D
soit ils sont immoraux et les gens qui se sont fait de l'argent en le publiant doivent faire un mea culpa véritable.
Fais gaffe, c'est très états-unien ce truc. Déclarer publiquement "je le regrette" avec la larme à l'oeil a fini par me faire gerber. C'est trop facile. Tu regrettes ? Tu démissionnes. Tu regrettes un acte grave ? Tu as la décence de te tirer honorablement une balle dans la tête.
Verra-t-on un jour les livres de Sade interdits ? Qu'en est-il de Céline ?
Pas tout de suite mais un jour, peut-être...
L'idée de censurer des livres, aussi odieux soit-ils, me rappelle désagréablement une autre époque.
Je pense savoir à quelle époque tu penses. Mais il y a eu bien d'autres autodafés, une des étapes absurde vers la con*erie ultime.
Pour moi Polanski ne vaut pas beaucoup mieux
Je risque de me faire tuer (mais ma compagne et ma fille s'en sont déjà chargées :D) mais, sans vouloir ouvrir ce débat, je trouve qu'il y a tout de même une notion de contexte. L'age de la victime était certes très bas, cela me révulse, mais ce n'était pas si mal jugé (un peu quand même) à l'époque. Attention, je ne dis pas que c'était bien. Il faut marcher sur des oeufs pour défendre ma position, même si elle est non tranchée. Je pense en général qu'il faut prendre des pincettes pour ces sujets (si je ne me suis pas couvert avec toutes ces précautions, je veux bien être pendu :lol: )
non seulement il a relativement peu d'ennui mais on continue à financer ses films.
Peu d'ennuis, tu exagères un peu. Je ne suis plus l'affaire mais je crois qu'il n'a pas intérêt à poser le pied en certains pays. Et ses films restent bons dit-on alors que faire ? Condamner l’œuvre pour condamner l'artiste ? Par contre, si il va en taule, il ne pourra plus filmer grand chose sinon l'état de son trou du c*l :D
comme ceux tendant à assimiler la critique de la politique menée par Israël à de l'antisémitisme...
Ouaip. Cela me fait pleurer. La critique de la politique de ce pays est devenue médiatiquement impossible. Ils ont fait fort et ont réussi mais cela est malsain et risque de leur retomber sur la gue*le. Et cela fait école côté barbus. Critiquer l'islamisme extrèmiste est être islamophobe. Fermez vos gue*les, fermez le ban.
le problème avec ce mec, c'est que dans ses écrits, il se vente d'avoir séduit et couché avec des jeunes filles (largement) mineures, ce qui est un délit, c'est comme si un malfrat se ventait d'avoir fait un braquage, voire un crime de sang, acceptable?
C'est clair. C'est à gerber et il devrait être en cabane depuis longtemps si cela est vrai à ce point (pas lu non plus). Je souscris totalement à tes propos concernant ce mec. Cependant, il reste une subjectivité, surtout sur tes propos concernant les crimes de sang. Ce point ouvre débat sur la limite de l'acceptable par rapport aux lois. Jetera-t-on l'opprobre sur un gars qui écrit avoir tué pour venger le meurtre de ses parents il y a 30 ans ? 20 ans ? 10 ans ? 2 jours ? 2 minutes ? On se doute que pour les 2 minutes, on commence à être chauds. Donc où est la limite ? Doit-on juger aussi [PU*AIN de cerveau, j'ai oublié son nom !!] le prestigieux cancérologue qui a annoncé dans un livre (il y a plus de 30 ans je crois, le débat était loin d'être aussi avancé que maintenant) avoir pratiqué plusieurs euthanasies sur des patients en bout de bout de course ? Et moi qui annonce ici avoir demandé à l'infirmer de pousser un peu sur la pompe à morphine de mon père ?

Je suis désolé, je m'inscris en faux sur quelques points et ne m'engage pas avec des opinions tranchées mais j'ai une vision un peu trop "mathématique" de certaines choses. Comme "où planter un seuil subjectif pour une fonction qui va de 0 à l'infini ?"

Fin de la tartine :D
[Edit] Désolé si j'ai laissé passer des erreurs de construction, faute d'ortograf et autres, écrire tout cela m'épuise.
[Edit] Et taisez vous, j'ai raison :D
 

SergioVE

Habitué
#7
Fais gaffe, c'est très états-unien ce truc. Déclarer publiquement "je le regrette" avec la larme à l'oeil a fini par me faire gerber. C'est trop facile. Tu regrettes ? Tu démissionnes. Tu regrettes un acte grave ? Tu as la décence de te tirer honorablement une balle dans la tête.
Pas états-uniens, mais plutôt staliniens, chinois, nord-coréens... avec balle dans la tête facturée à la famille !
Je suis désolé, je m'inscris en faux sur quelques points et ne m'engage pas avec des opinions tranchées mais j'ai une vision un peu trop "mathématique" de certaines choses. Comme "où planter un seuil subjectif pour une fonction qui va de 0 à l'infini ?"
Pas de souci, ça existe, ça s'appelle la logique floue. Les anciens grecs connaissaient déjà : à partir de quelle perte de cheveux est-on chauve ? Nos énarques maîtrisent : au-delà de quels revenus est-on riche ?
 

svoglimacci

check memory failed but no bug detected
#8
Pas états-uniens, mais plutôt staliniens, chinois, nord-coréens... avec balle dans la tête facturée à la famille !
Oui mais non. Dans ma vision amerloque de la chose, les pénitents ont le droit (malgré certes la pression) de ne pas le faire. Dans les pays se disant communistes, on sait ce qu'il est du volontariat (et pas seulement pour les confessions) :D
à partir de quelle perte de cheveux est-on chauve ?
A une époque lointaine, ma référence était Giscard :D
 

drul

Obscur pro du hardware
Staff
#9
Bah on autorise encore à la vente des livres ayant servit de justifications à la grande majorité des guerres et au massacres de million(milliard sûrement depuis le temps ...) d'innocent (la bible, le coran, ...) alors pourquoi censurer ceux-là ?
De toutes façons on s'en fou, plus personne ne lit :o
 

AccroPC2

Modérateur
Staff
#11
Attention, c'est une mauvaise interprétation de la situation.

Ne pas confondre la censure d'état qui interdirait la vente dans notre cas d'un livre et des éditeurs qui ne veulent pas être associés à l'image de Matzneff. Faut juste qu'il trouve des éditeurs un peu moins regardant.

Bye
 

job31

Admin tout frippé
Staff
#12
Oui mais la censure vient maintenant de la pression sociale, ce n'est guère mieux, on est soumis à la pensée du plus grand nombre/celui qui gueule le plus fort.
 

dedzix

Grand Maître
#13
Aujourd'hui nous sommes dans un paradoxe moral moderne selon lequel on peut mal dissocier une oeuvre de son auteur.

Paradoxe qu'on ne retrouve pas parmi les personnalités majeures qui ont marqué l'histoire (pas forcément en bien) que ça soit littéraire, musical, artistique... A la louche on peut effectivement citer Céline, Wagner, Hitler, Voltaire, Morand ...

Du coup je pense que pour toutes les personnalités contemporaines il faudra attendre qu'elles ne meurent pour apprécier la qualité de leur travail sans se faire catégoriser par la bienséance.

Certes c'est éthiquement discutable de participer la rémunération d'un artiste qui a un penchant certain pour les atrocités, néanmoins je pense qu'une oeuvre ne devrait pas être victime de son géniteur(trice), libre à chacun de juger en fonction de ses valeurs quitte à retirer la propriété intellectuelle de l'oeuvre à son auteur. Bien entendu je ne considère pas dans le mot "oeuvre" les torchons dangereux comme les écrits terroristes, pédophiles, sectaires, appelant au meurtre ...

Le cas Matzneff est particulier dans le sens où ses ouvrages sont intimement liés avec des faits réels et quasiment autobiographiques. C'est presque une manière de sacraliser ses actes, une façon peut être de faire l'apologie de sa paraphilie venant d'une époque laxiste où le milieu de l'écriture savait mais n'a pas réagi.

Je pense surtout que Monsieur Gallimard a retiré de la vente des récits (qui ont 30 ans pour certains)qui ne semblaient pas l'avoir dérangé jusque là. Ce brusque rétropédalage (trop) tardif est scandaleux dans le sens où ça fait la promo de Matzneff, de son travail et qu'il n'aurait jamais du être publié dès le départ justement pour ces raisons.

Pour moi Mr Gallimard est un complice passif de Matzneff, il me fait presque penser à Jawad l'hébergeur des terroristes : "Je les ai vu s'ramener avec des Kallash et des grenades mais j'savais vraiment pô m'sieur le juge qu'ils allaient faire du mal".

C'est une question épineuse car idéologiquement je suis contre la censure, mais moralement je ne suis pas pour la publication de texte qui font référence à des fait qui font encore souffrir des victimes.
 
Dernière édition:

magellan

Modérâleur
Staff
#14
On doit distinguer deux choses fondamentales, et toute entorse à ce principe est de la pure action par anticipation, à savoir l'auteur et son oeuvre. Si l'on ne fait pas cette distinction, aucune chance de pouvoir avoir un raisonnement serein.

Quelques exemples
1° Les oeuvres de De Vinci
Personne n'irait brûler la Joconde... alors qu'il était évidemment homosexuel et très probablement.. pédophile.
2° Céline
Bonne réflexion: livres sublimes, antisémite dégueulasse. On vire ses bouquins?
3° Mickael Jackson
On broie ses musiques sur la suspicion de pédophilie?
4° Les arts antiques
Pédophilie omniprésente dans les moeurs sexuels de l'époque. On fait quoi? On casse les statues?

On DOIT distinguer l'oeuvre de l'auteur, sous peine de rater des oeuvres fantastiques. De là, si cet écrivain a des propos insoutenables DANS L'OEUVRE, une CENSURE de l'oeuvre PEUT se justifier... mais là on parle de retrait "par précaution"... Que c'est malhonnête, c'est le syndrome M.Jackson: on supprime l'apparition de l'artiste dans la série "Les Simpson" par avance "au cas où il serait finalement jugé coupable".

Si le bonhomme est coupable de pédophilie, il y a des tribunaux pour gérer cela, et image sulfureuse ou non c'est à la justice de déterminer, en cas de plainte, si un livre/film se doit ou non d'être censuré.
 

dedzix

Grand Maître
#15
Je dirais même plus que ses bouquins pourraient jouer le rôle de preuve ou de pièce à conviction.

Mais bon une fois qu'il sera mort ça sera moins immoral. Je suis intimement persuadé que la problème de moralité ne vient pas forcément de ce qu'il a dit ou ce qu'il a fait mais plutôt au niveau de la rémunération. En achetant son travail on se rend indirectement complice car on permet à ce dernier de vivre confortablement de son vice.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#16
Je dirais même plus que ses bouquins pourraient jouer le rôle de preuve ou de pièce à conviction.

Mais bon une fois qu'il sera mort ça sera moins immoral. Je suis intimement persuadé que la problème de moralité ne vient pas forcément de ce qu'il a dit ou ce qu'il a fait mais plutôt au niveau de la rémunération. En achetant son travail on se rend indirectement complice car on permet à ce dernier de vivre confortablement de son vice.
Pas vraiment.
Regarde M.Jackson: une fois mort la cabale lancée (à tort ou à raison je m'en fous) contre lui a finalement poussé bien des médias à le faire littéralement disparaître... d'où mon exemple avec les Simpson.

Je complète la réflexion: vivant ou mort, tant que des droits d'auteurs sont en cours, il y aura quelqu'un au bout pour en ramasser les bénéfices.

Ce qui me pose autrement plus problème c'est qu'interdire rend 'attirant' le contenu douteux. C'est l'exemple type du mein kampf qui circulait parfois sous le manteau à cause des interdictions.
 

AccroPC2

Modérateur
Staff
#17
Je suis d'accord qu'il ne faut pas brûler une oeuvre sous prétexte que son auteur est un bel *bip*. Déjà parce que cela permet de comprendre l'Histoire, comment bien cerné la 2d guerre mondiale si toutes les copies de Mein Kamph avaient disparu ( c'est un exemple volontairement extrème ). Toutefois, quelque soit son talent, l'auteur doit rester un justiciable comme tous les autres.
 

AccroPC2

Modérateur
Staff
#18
@magellan un autre exemple encore plus flagrant, Bertrand Cantat. Ce qu'il a fait est excessivement grave mais malgré avoir purgé sa peine, il est toujours "cramé" dans le métier.
 

magellan

Modérâleur
Staff
#19
@magellan un autre exemple encore plus flagrant, Bertrand Cantat. Ce qu'il a fait est excessivement grave mais malgré avoir purgé sa peine, il est toujours "cramé" dans le métier.
Je n'ai même pas pensé à lui. Bien vu. Ceci étant... la question est de savoir ce qui le crame avant tout: son attitude, ou bien son passif? Perso je tente tant que faire se peut de faire abstraction, car les artistes qui ont des casseroles sont nombreux!
 

magellan

Modérâleur
Staff
#20
Je suis d'accord qu'il ne faut pas brûler une oeuvre sous prétexte que son auteur est un bel *bip*. Déjà parce que cela permet de comprendre l'Histoire, comment bien cerné la 2d guerre mondiale si toutes les copies de Mein Kamph avaient disparu ( c'est un exemple volontairement extrème ). Toutefois, quelque soit son talent, l'auteur doit rester un justiciable comme tous les autres.
Nous sommes d'autant plus d'accord qu'au surplus l'oeuvre elle-même peut être une cause de passage en justice! Etre un artiste n'est en rien un blanc-saint pour permettre de faire et/ou dire n'importe quoi... et heureusement.
 
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour répondre ici.
Membres en ligne
Aucun membre en ligne actuellement.
Derniers messages publiés
Statistiques globales
Discussions
866 670
Messages
8 071 200
Membres
1 577 230
Dernier membre
zorro1394
Partager cette page
Haut