[TOPIC UNIQUE] Le topic des enfants !!!!!!!!!

magellan

Modérâleur
Staff
tout est question d'éducation. Mes parents (ma mère surtout) ont fait en sorte que ma soeur et moi soyons éduqués dans la tolérance et l'acceptation de l'autre, sans jugement. Et honnêtement, je ne m'attache pas à ce qu'est la personne (c'est intime et ça la regarde), je m'attache à ses propos et ses actes.
Je ne suis pas raciste/homophobe/grossophobe, je déteste juste les cons :o
Je suis pour la tolérance sexuelle, et je dirais même que je m'en fous. Ce qui se passe chez les autres ne me concerne pas tant que cela n'attire pas de problème personnel, et plus encore si cela ne provoque pas de problèmes avec moi.

Je suis totalement réfractaire à toute forme de wokisme, car on y mélange la sexualité avec de la politique. ça n'a rien d'un système progressiste, c'est de la pure revendication. Le mot "fierté" me fout en rogne: l'hétéro ne peut pas être fier de vouloir une famille ordinaire par exemple? Ben non: tu es tenu de la fermer parce que tu représentes (il paraît) "la phallocratie rétrograde"...

Mariage gay? Je m'en fous. Mariez-vous, si vous êtes heureux faites le
Adoption gay? Et pourquoi pas? statistiquement les hétéros font bien plus de dégâts que les gays avec les gosses que je sache.

Là où je suis en colère aussi, c'est qu'on aille farcir dans la tête des mômes trop jeunes ce qu'est la problématique hétéro/gay et j'en passe. Cela ne fait que les paumer là où le dialogue au bon moment serait autrement plus efficace et moins problématique.
 

SergioVE

Tout à faire car rien n'est fait.
Je suis pour la tolérance sexuelle, et je dirais même que je m'en fous...
Deux choses m'ennuient dans la notion de tolérance.
Tout d'abord, on ne tolère évidemment que des opinions ou des actes avec lesquels on n'est pas d'accord, et cela peut être considéré au mieux comme du je-m'en-foutisme, au pire comme une forme de mépris.
Ensuite, la tolérance aux extrêmes peut conduire à leur laisser le pouvoir. Si si, ça s'est vu...
 

SergioVE

Tout à faire car rien n'est fait.
Plus de deux choses m'ennuient dans la notion d'intolérance 😕
Tu devrais tolérer l'intolérance ! Paraît que cela fait du bien... :lol:
A rapprocher de : l'altruisme, égoïsme ou hypocrisie ?

Mais autrement, on peut très bien accepter la notion de tolérance... en sciences, métrologie par exemple !
 

magellan

Modérâleur
Staff
Deux choses m'ennuient dans la notion de tolérance.
Tout d'abord, on ne tolère évidemment que des opinions ou des actes avec lesquels on n'est pas d'accord, et cela peut être considéré au mieux comme du je-m'en-foutisme, au pire comme une forme de mépris.
Ensuite, la tolérance aux extrêmes peut conduire à leur laisser le pouvoir. Si si, ça s'est vu...
Soyons précis. La tolérance chez moi c'est "faites ce que vous voulez tant que ça ne fout pas le bordel".

Et là ça devient plus un acte politique (comme je l'ai dit) que d'obtenir une acceptation.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Soyons précis. La tolérance chez moi c'est "faites ce que vous voulez tant que ça ne fout pas le bordel".
C'est la potilique qui a été appliquée depuis très longtemps en France. Bonne chose ou mauvaise chose, le plus dur c'est de fixer un seuil d'acceptation du "bordel".
 

magellan

Modérâleur
Staff
C'est la potilique qui a été appliquée depuis très longtemps en France. Bonne chose ou mauvaise chose, le plus dur c'est de fixer un seuil d'acceptation du "bordel".
Je ne parlais pas de cela ne dérivons pas. Je parle de sexualité comme de la religion, ce sont des choses sensibles, privées, et poser dessus un jugement est hors-sujet pour moi tant que cela ne devient pas un outil de politique et/ou de propagande. Musulman, juif, catho? Je m'en fous. Hétéro, bi, gay? Je m'en fous... mais ne me jette rien de tout ceci au visage comme si je devais courber l'échine au lieu de n'obtenir de moi au pire l'indifférence, au mieux le respect de vos pratiques et rites.
 

magellan

Modérâleur
Staff
D'ailleurs je vais revenir sur le sujet des enfants. Je trouve inepte d'envisager l'éducation sexuelle comme certains le proposent à des âges comme 12/13 ans. ça n'a aucun sens d'aborder des problématiques comme le sexe à ces âges. Déjà, même plus tard c'est compliqué à aborder, alors aussi jeune...
 

mezigo

Modo démodé
Staff
Salut et bon dimanche !
Je réagis : à mon avis, ce n'est pas à l'adulte de décider de l'âge auquel un enfant peut, ou pas, aborder un sujet. Par contre, il faut être capable de répondre aux interrogations, à l'âge où elles arrivent, avec les mots qui conviennent. Et bien souvent, l'adulte répond "mécanique" quand l'interrogation de l'enfant était "sentiment".
Je trouve très saine la remarque de DD sur sa fille plus sensible à la personne qu'à son genre. Et en celà on fait bien de la sexualité une affaire de personnes et d'intimité, plutôt qu'une norme ou prétendue normalité.
 

SergioVE

Tout à faire car rien n'est fait.
Réactions aussi.
- la tolérance sexuelle évoquée ici doit parfois devenir de l’intolérance et j’espère que c’est votre attitude à tous,
- pour l’éducation sexuelle des enfants, je suis en désaccord avec vous : bien des drames seraient évités si elle était entreprise suffisamment tôt.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Salut et bon dimanche !
Je réagis : à mon avis, ce n'est pas à l'adulte de décider de l'âge auquel un enfant peut, ou pas, aborder un sujet. Par contre, il faut être capable de répondre aux interrogations, à l'âge où elles arrivent, avec les mots qui conviennent. Et bien souvent, l'adulte répond "mécanique" quand l'interrogation de l'enfant était "sentiment".
Je trouve très saine la remarque de DD sur sa fille plus sensible à la personne qu'à son genre. Et en celà on fait bien de la sexualité une affaire de personnes et d'intimité, plutôt qu'une norme ou prétendue normalité.
En fait, si l'éducation sexuelle à l'école à été mise en place, ce n'est pas parce que les enfants ne se posent pas de questions, c'est juste qu'ils n'ont personne à qui les poser. Beaucoup trop de parents refusent de répondre, ou ne sont tellement pas ouvert à ça ni proches de leurs enfants que les enfants ne se voient pas confier leur intimité à leurs parents.
Donc instaurer des cours d'ES à l'école, c'est pallier à une absence d'écoute et de bienveillance de beaucoup de parents. Ensuite, à quel âge faire ça ? Vaste débat et quelque soit le choix de l'âge, ce sera de toutes façons critiqué par les uns ou les autres.
En revanche, le gouvernement veut mettre ça en place en primaire, je suis pas sûr que ce soit une bonne idée. :spamafote:
 

magellan

Modérâleur
Staff
Réactions aussi.
- la tolérance sexuelle évoquée ici doit parfois devenir de l’intolérance et j’espère que c’est votre attitude à tous,
- pour l’éducation sexuelle des enfants, je suis en désaccord avec vous : bien des drames seraient évités si elle était entreprise suffisamment tôt.
C'est plus pernicieux. L'éducation sexuelle au sens où elle est faite actuellement tient presque du prosélytisme. Expliquer COMMENT se passe le sexe... oui, pas en poussant dans un sens ou dans l'autre. Et ça, c'est une vraie problématique. Au surplus, je doute fermement que nos enseignants soient en mesure d'avoir la psychologie pour le faire correctement. Il suffit de voir le nombre de personnes qui consultent des psys ou des sexologues pour se convaincre qu'on n'aborde pas ce sujet de manière innocente.
De là je cautionne totalement ce que dit @dartyduck : faire du palliatif par le scolaire se conçoit, mais ni à n'importe quel prix ni à n'importe quel âge.
 
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour répondre ici.
Derniers messages publiés
Statistiques globales
Discussions
730 056
Messages
6 716 174
Membres
1 586 179
Dernier membre
leothesparta[300]
Partager cette page
Haut