Skoi votre dernier film?

drul

Obscur pro du hardware
Staff
Comme souvent l'excès c'est mal.
J'ai rien contre l'inclusion, et un personnage gay quand ça apporte qqch c'est très cool (6 feet under par exemple), mais quand ça devient une obligation, c'est con.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
une série qui a fait too much c'est Bodies : les 4 personnages principaux sont un gay, une blanche handicapée (lesbienne ? J'ai un doute), une lesbienne noire, un juif célibataire donc on sait pas s'il est hétéro. Ca devient mal vu d'afficher un hétéro blanc :o
 

SergioVE

Tout à faire car rien n'est fait.
une série qui a fait too much c'est Bodies : les 4 personnages principaux sont un gay, une blanche handicapée (lesbienne ? J'ai un doute), une lesbienne noire, un juif célibataire donc on sait pas s'il est hétéro. Ca devient mal vu d'afficher un hétéro blanc :o
Oui mais ça n'a pas empêché la série d'être réussie, d'autant que les différents personnages ne vivaient pas à la même époque.
Le pire, c'est quand on cumule : personnage juif, gay, handicapé, dans un camp de la mort.
Quant au nombre de merdes où le héros est un hétéro blanc...
 

magellan

Modérâleur
Staff
En novembre, le patron de Disney, , a semblé suggérer à ses équipes créatives d'amorcer un virage. Plutôt que de privilégier les symboles et les «messages positifs», il a martelé sa volonté de «retourner à nos racines, c'est-à-dire se rappeler que nous devons d'abord divertir».
Ma réflexion personnelle est simple: le wokisme est la pire chose qui ait été mise en oeuvre pour supposément permettre à ce que chacun puisse être traité sur un pied d'égalité. Le wokisme n'est pas se battre contre les inégalités, c'est appliquer un filtre idéologique et puritain sur absolument tout au point d'en être toxique. La preuve en est, en agissant de la sorte la représentativité n'existe même plus, et pire que tout, les "minorités" -que ce terme me gonfle!!!- ne se reconnaissent pas dans les exigences absurdes de ce modèle.

Lors d'une pérégrination sur la toile, je suis tombé sur une lesbienne qui disait "pourquoi forcer un couple lesbien dans l'histoire? C'est si pertinent ou si c'est présenté naturellement d'accord, mais pas au point d'en devenir un cliché qui nous ridiculise involontairement!". Et je ne peux que lui donner raison!

J'ai l'impression de voir des relectures sordides des histoires. Cela a commencé il y a quelques années avec "on révise les rééditions des encyclopédies", puis c'est passé par du "faut surtout choquer personne" (au point de ne contenter personne tout court), pour finir sur "on va vous en coller du LGBTQ+XD4GRGER@"F5"3" au point de perdre tout sens.

Le pire est selon moi les réécritures historiques grotesques. Prenons la situation de l'homosexualité: si l'on fait un film sur le moyen-âge, il est alors IMPOSSIBLE d'envisager un couple gay sauf à le faire dans un cadre où justement cela devient un ressort du scénario. Autrement? NON. ça ne FONCTIONNE PAS. Et je ne parle pas de la situation de la femme qui était alors ... atroce socialement.

Que ce soit chez Disney, plus largement Hollywood et toute l'industrie des médias, commencez par balayer devant vos portes, nettoyer vos équipes "créatives" et arrêter de nous vomir des remakes ad nauseam. Ce n'est pas en forçant comme des brutes du "woke" que vous rendrez vos contenus attrayants.

En lieu et place de changer la "différence" -encore un terme de merde- en "normalité" -sic- , ce que le wokisme fait c'est stigmatiser au point de provoquer du rejet pur et simple... Et ce de la part de tout le monde ou presque.

Les "wokes" sont des foutus intégristes qui défendent des causes qui ne sont en plus pas les leurs. N'est-ce pas magique qu'un woke hétéro en arrive à dire à un gay "ta gueule je défends tes intérêts" ? De quoi se gratter la tête puis se visser le doigt sur la tempe en signe de réprobation.
 

magellan

Modérâleur
Staff
Oui mais ça n'a pas empêché la série d'être réussie, d'autant que les différents personnages ne vivaient pas à la même époque.
Le pire, c'est quand on cumule : personnage juif, gay, handicapé, dans un camp de la mort.
Quant au nombre de merdes où le héros est un hétéro blanc...
Non: le pire c'est quand cette accumulation n'apporte rien à l'histoire, si ce n'est une forme de prétexte minable pour dire "hein ils étaient méchaaaaants"... Sachant qu'un seul de ces critères suffisait en soi pour amener le personnage dans ledit camp.

Et pour le "héros merdique blanc", on peut aussi bien avoir ce même cliché à la con avec la blackexploitation, ou bien toutes les filmographies locales où l'on place un héros ethnocentré qui affronte un ennemi bien défini culturellement et ethniquement.
 

AccroPC2

Fou du PC
Staff
Perso le wokisme je m'en fous. La principale chose que je juge dans un film est l'histoire ( j'y inclus la réalisation bien sûr ). Que les personnages soient blanc, noir, asiatique, juif, gay, lesbienne, femme, homme ... rien à br**ler du moment que cela a du sens dans l'histoire.

RAF que Disney ait refait une petite sirène avec une Arielle "Black", je ne l'ai pas vu pas parce que le personnage est noir mais parce qu'ils n'ont rien à ajouter à l'histoire originale. La communauté africaine a le droit à ses héros, mais un Black Panther me semble plus pertinent que de transformer des héros ( ou héroïne, désolé je ne maitrise pas l'écriture inclusive ) "blanc" en héros "noirs". De même toutes les reprises en live action du Roi lion, Aladdin etc... Ils essaient de faire du fric avec du réchauffer et pour moi c'est non.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Le wokisme en est à un point tel que désormais il a été intégré dans les critères exigés à l'éligibilité d'un film aux Oscar.

Critère A : Mettre à l'affiche au moins un acteur principal issu de minorités ethniques et raciales, que 30% des petits rôles soient incarnés par des personnes de communautés «sous-représentées» (LGBT, personnes en situation de handicap et rôles féminins), ou que le film aborde comme thème principal les questions relatives à ces minorités.

Critère B : Avoir au sein de son équipe dirigeante ou des membres des équipes techniques en coulisses des personnes issues de groupes ethniques historiquement défavorisés, femmes, personnes LGBT et handicapées comprises.

Critère C : Proposer des stages payants ou des apprentissages aux personnes issues de ces minorités.

Critère D : Avoir dans son équipe de distribution et de marketing des personnes issues de ces minorités.


source :

Autant vous dire que des films historiques du genre Vicking ou moyen-âge en Chine (qui n'auront pas de diversité de couleur ni de sexualité) sont automatiquement écartés. Ou alors ce sera ridiculement visible et pitoyable.
 

magellan

Modérâleur
Staff
Le wokisme en est à un point tel que désormais il a été intégré dans les critères exigés à l'éligibilité d'un film aux Oscar.

Critère A : Mettre à l'affiche au moins un acteur principal issu de minorités ethniques et raciales, que 30% des petits rôles soient incarnés par des personnes de communautés «sous-représentées» (LGBT, personnes en situation de handicap et rôles féminins), ou que le film aborde comme thème principal les questions relatives à ces minorités.

Critère B : Avoir au sein de son équipe dirigeante ou des membres des équipes techniques en coulisses des personnes issues de groupes ethniques historiquement défavorisés, femmes, personnes LGBT et handicapées comprises.

Critère C : Proposer des stages payants ou des apprentissages aux personnes issues de ces minorités.

Critère D : Avoir dans son équipe de distribution et de marketing des personnes issues de ces minorités.


source :

Autant vous dire que des films historiques du genre Vicking ou moyen-âge en Chine (qui n'auront pas de diversité de couleur ni de sexualité) sont automatiquement écartés. Ou alors ce sera ridiculement visible et pitoyable.
C'est tout le problème des quotas. Ils poussent à des inepties telles qu'on sent une forme de pression morale/sociale. Je trouve complètement grotesque d'imposer ces quotas car ils ne mènent pas à une amélioration globale de la situation.

Avec un peu de hauteur, on peut déjà voir un énorme souci: pourquoi associer femme, handicap et LGBT dans la même phrase? Depuis quand être LGBT ou une femme est un handicap? Et le handicap, lequel en particulier? J'ignorais que le fauteuil roulant menait à une incapacité intellectuelle pour exécuter des tâches autres que physiques.

De toute manière, les oscars sont centrés sur Hollywood, et c'est de notoriété publique qu'une statuette obtenue lors de la cérémonie c'est 95% de lobbying et 5% de qualité. On se souviendra de l'époque Weistein où les deux frères contrôlaient ouvertement les votes et imposaient aux votants de choisir "l'élu" selon des consignes précises.

Là où je suis quand même plus prudent, c'est que les mêmes quotas ont permis d'imposer légalement de faire de la place aux noirs aux USA dans les écoles, ou encore de faire évoluer la perception de la femme en entreprise. On se gargarise avec l'égalité, les quotas... mais en France une femme a un salaire plus faible de 14% en moyenne face aux hommes.

Donc entre ceux qui sont dans la cabale pure et simple, et ceux qui veulent vraiment faire bouger les choses, les méthodes radicales ne font qu'inciter à repousser les bonnes échéances à savoir équilibrer et normaliser les situations... au lieu de les cristaller.
 

SergioVE

Tout à faire car rien n'est fait.
RAF que Disney ait refait une petite sirène avec une Arielle "Black", je ne l'ai pas vu pas parce que le personnage est noir mais parce qu'ils n'ont rien à ajouter à l'histoire originale.
A l'inverse je n'ai pas regardé la série "Anne Boleyn" uniquement parce que l'héroïne est incarnée par une actrice noire. Mais peut-être que les crétins à l'origine de cette idée vont nous faire un biopic de Michelle Obama incarnée par Nathalie Portman que je ne regarderai pas davantage.
 

drul

Obscur pro du hardware
Staff
Parfois le but est peut-être de créer le buzz, de choquer.
En soit pourquoi pas, mais le contenu doit alors être irréprochable, ce qui semble loin d'être le cas ici !
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Là où je suis quand même plus prudent, c'est que les mêmes quotas ont permis d'imposer légalement de faire de la place aux noirs aux USA dans les écoles, ou encore de faire évoluer la perception de la femme en entreprise. On se gargarise avec l'égalité, les quotas... mais en France une femme a un salaire plus faible de 14% en moyenne face aux hommes.
c'est quoi tes sources ? Moi j'avais en tête 2.5% à poste identique et contrat temps plein :o
 

AccroPC2

Fou du PC
Staff
Pour revenir aux films, par curiosité, puisque c'est dans l'air du moment... J'ai à nouveau regardé Dune mais la version de 84. J'avais gardé un excellent souvenir ... je me permets de vous dire que vous n'êtes pas prêt. Certes le film à 40 ans, les trucages passent vraiment très mal. Mention spécial au "bouclier" en cube marron. Sans compter que c'est ultra surjoué. L'histoire reste bonne, ce qui est dommage c'est qu'on comprend mieux la version de 84 que celle de Villeneuve par contre niveau esthétique, il n'y a pas photo.
 

magellan

Modérâleur
Staff
Pour revenir aux films, par curiosité, puisque c'est dans l'air du moment... J'ai à nouveau regardé Dune mais la version de 84. J'avais gardé un excellent souvenir ... je me permets de vous dire que vous n'êtes pas prêt. Certes le film à 40 ans, les trucages passent vraiment très mal. Mention spécial au "bouclier" en cube marron. Sans compter que c'est ultra surjoué. L'histoire reste bonne, ce qui est dommage c'est qu'on comprend mieux la version de 84 que celle de Villeneuve par contre niveau esthétique, il n'y a pas photo.
Je n'aime concrètement pas Villeneuve. Et pourtant j'ai essayé! Blade Runner 2049 ? Trop lent, esthétisé à outrance... Sans jamais vraiment avancer. Dune? Pas mieux j'ai lâché très (trop peut-être) vite.

C'est "joli" (et encore), mais non je n'y arrive pas. Mention spéciale aux moments contemplatifs qui sont parvenus à me sortir par leurs longueurs.

Le Dune de Lynch ? Esthétique ultra datée (comme la musique), jeu très inégal mais amour évident pour l'oeuvre. C'est difficile de juger de la SF à l'aune de notre modernité... même si des ajouts sont là pour l'action au détriment de l'histoire elle-même (le fameux cube dont tu parles).
Je n'ai pas spécialement de tendresse pour ce film. J'ai aimé les livres, apprécié l'histoire et le côté gigantesque de l'univers, mais en faire un film ne m'a jamais vraiment apparu comme indispensable au septième art ceci au titre que c'est un objet culturel très délicat, voire possiblement trop délicat pour donner un résultat pouvant me satisfaire. Est-ce qu'une réalisation plus nerveuse aiderait à me faire accepter l'idée? J'en doute. C'est purement subjectif, et par conséquent une forme de mur où je me dis "même s'ils réussissent vraiment à faire un truc sympa... ça aura du mal à passer". Et pourtant, je suis loin d'être expert dans l'ouvrage!
Qu'on ne se méprenne pas: je ne dis pas cela comme les fanatiques de l'univers de LOTR qui ont conchié les films sur des détails ou des ajouts. Je m'en fous. Si c'est maîtrisé pourquoi pas. C'est que là, le rythme même des ouvrages, le contexte extrêmement descriptif sur l'univers et la psyché des personnages me semblent couper toute possibilité de bien faire ... sauf à ce que ce soit une série très longue, très détaillée, et donc fatalement trop inaccessible au grand public pour la rendre rentable.
 
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour répondre ici.
Derniers messages publiés
Statistiques globales
Discussions
730 186
Messages
6 719 198
Membres
1 586 501
Dernier membre
BrittMachado
Partager cette page
Haut