[topicataf] Et toi, skoi ton taf ?

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Pour revenir au sujet, je viens de suivre une "e-formation" sur l'éthique au sein du groupe. J'ai vu passer ça et ça m'a fait penser à notre discussion sur la religieux en milieu professionnel. Autant vous dire qu'on pas près de voir une salle de prière dans les locaux :D

Vous devez être connecté pour voir les pièces jointes.
 

Patakesse

Gruik Gruik!
@Patakesse :
"Le calendrier grégorien n'est que la métaphore de l'aliénation de la vie en société de consommation."
Comme tu y vas ! Et pourquoi le calendrier grégorien plus qu'un autre ?
Un calendrier, quel qu'il soit, est tout simplement un repère qui remonte sans doute à l'aube de l'humanité.
Mais peut-être considères tu aussi les longitudes et latitudes comme aliénantes ?

...travail (dans le sens premier de ce mot, qui désigne toute activité physique ou intellectuelle, rémunérée ou non, qui consiste à entretenir, créer ou produire quelque chose)
Tu devrais savoir que l'origine du mot est le latin "tripalium" qui désignait un instrument de torture, et que les femmes sur le point d'accoucher emploient aujourd'hui encore ce mot dans son sens premier.

En tous cas imputer au calendrier grégorien l'aliénation de la majeure partie de l'humanité me parait un contresens puisque tu dis que travailler résulte d'un choix alors qu'une aliénation est imposée.

Cela dit ton mode de vie, aussi respectable soit-il, ne peut totalement s'affranchir du calendrier, sinon en paroles...
Certes, mais le sens étymologique que tu décris a disparu depuis des siècles des définitions du mot il me semble. La torture a plutôt laissé place au labeur pour décrire un travail pénible. Si on va par là, et j'adore ça, je suis un cynique, dans le sens premier de ce mot, donc positif. Mais avec le temps, ce mot est devenu péjoratif dans les esprits. Vive les langues vivantes. :)

L'homme a toujours travaillé, il travaille sans doute moins aujourd'hui qu'il y a 20000 ans. Il y a 20000 ans, il n'avait pas le choix, ça faisait partie de sa vie. Maintenant, dans les pays riches, il n'a plus à travailler pour chercher son eau, sa nourriture, se protéger des intempéries ou des prédateurs. Il est dépendant d'infrastructures, elles même inter-dépendantes.

Cela interroge sur la volonté propre. C'est quand même étonnant que tant de gens fassent des burn-out, se mettent en arrêt maladie, ou plus généralement se plaignent de leurs choix de vie (par exemple ceux qui ont manifesté contre la reforme des retraites). Ce qu'ils ont fait de leur vie ne serait donc pas leur choix ? On pourrait parler de libre arbitre mais étant athée, je préfère la notion de volonté propre. Des notions qui sont bien opposées à l'aliénation (dans le sens de l'asservissement).

Mon mode de vie n'est pas plus respectable qu'un autre, absolument pas. J'ai fait des choix en fonction de ce qui me convient profondément. Bien entendu, et je l'ai précisé dans mon premier message, parfois je suis obligé de tenir compte du calendrier, ce qui est une source de stress car ce n'est pas habituel pour moi.
 

SergioVE

Tout à faire car rien n'est fait.
Pour revenir au sujet, je viens de suivre une "e-formation" sur l'éthique au sein du groupe. J'ai vu passer ça et ça m'a fait penser à notre discussion sur la religieux en milieu professionnel. Autant vous dire qu'on pas près de voir une salle de prière dans les locaux :D
Sauf erreur, il y en avait à Billancourt.
 

job31

Admin tout frippé
Staff
La première chose qui permet de s'affranchir du calendrier, c'est de refuser l'horrible idée de "gagner sa vie", et d'avoir un tout autre rapport au travail (dans le sens premier de ce mot, qui désigne toute activité physique ou intellectuelle, rémunérée ou non, qui consiste à entretenir, créer ou produire quelque chose). Avoir des enfants n'empêche personne de mener une vie en marge du schéma que j'ai cité. On a vécu en nomades pendant 99% de notre existence sur terre, ça n'a pas empêché des familles de se créer et des enfants de naitre. Cela fait très peu de temps qu'on vit selon le schéma normé que j'ai décrit. De nos jours, il y a des familles qui vivent constamment sur les routes dans un camping car, sillonnant le monde au jour le jour. Ils ne savent pas où il vont se poser pour dormir le soir même, s'ils vont trouver à manger ou du travail, et pour rien au monde ils ne changeraient de vie, ils n'ont pas d'attache, pas de biens matériels en dehors du camping-car, et le

Ah c'est la vrai liberté !
Rouler sur des routes payer par les impôts des autres, se faire soigner gratuitement sans cotiser, rouler en camping car issu de la mondialisation ça prend tout son sens.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Ah c'est la vrai liberté !
Rouler sur des routes payer par les impôts des autres, se faire soigner gratuitement sans cotiser, rouler en camping car issu de la mondialisation ça prend tout son sens.
La relève est assurée...
\
\
Vous devez être connecté pour voir les images.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Sauf erreur, il y en avait à Billancourt.
Dans les années 70 pour attirer une main d'œuvre pas chère d'immigrés importés d'Afrique du nord, probablement oui. Mais c'était dans les années 70-80 et l'île Seguin à bien changé depuis :o
 

job31

Admin tout frippé
Staff
Je ne vois pas le rapport avec Zemmour, faut revoir les objectifs de ce monsieur et ses discours.

Je rappelle juste que l'on vit en société, et que s'en extraire n'est pas si simple.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
A défaut de pouvoir s'en extraire, je m'y mêle le moins possible.
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
Putain, on nous demande de poser nos congés d'été avant fin mars, si possible en tenant compte des plannings projet (impossible quand tu es sur plusieurs projets). Et au fil tu temps tu vois les plannings dériver, jusqu'à ce que les dates importantes tombent pendant tes congés... fait chier :mad:
 

magellan

Modérâleur
Staff
Sauf erreur, il y en avait à Billancourt.
C'était apparemment le cas effectivement. A ce que j'ai pu lire sur le sujet (et ATTENTION grosses pincettes, cela demeure le propos d'une source, pas une affirmation de ma part), que le dit lieu de prière avait d'abord été clandestin, et pour apaiser les tensions sociales au sein de l'usine la régie avait "laissé couler" afin de ne pas avoir de crise.

...et qu'il en allait de même avec des gars qui faisaient du commerce (café, thé...) dans les locaux. Cela maintenait une ambiance totalement unique mêlant production industrielle, et une sorte de souk singeant un peu les ruelles commerçantes étroites assez courantes en Afrique du nord.
 

magellan

Modérâleur
Staff
Pour revenir au sujet, je viens de suivre une "e-formation" sur l'éthique au sein du groupe. J'ai vu passer ça et ça m'a fait penser à notre discussion sur la religieux en milieu professionnel. Autant vous dire qu'on pas près de voir une salle de prière dans les locaux :D

Vous devez être connecté pour voir les pièces jointes.
Et je martèle que c'est totalement normal en soi. De base, comme je l'ai dit précédemment, tout ce qui relève de la sphère privée à n'a rien à faire au boulot, ceci à l'exception des pays qui ont dans leur fonctionnement des règles légales (par exemple le voile pour les femmes pour les pays l'imposant).
 

dartyduck

Grand Meuble Suprême
En rentrant de vacances, j'avais un avis de passage pour un LRAR à signer. Quand tu sais pas d'où ça peut venir, c'est le truc qui peut faire flipper.
Et le lendemain de mon retour était la date limite avant que ça reparte à l'expéditeur. Donc direction la poste pour le récupérer. Et en fait c'était juste un courrier m'informant de mon transfert de Renault vers Ampère à partir du 1er novembre 2023.
Je reste Renault Group
Je conserve mon badge Renault Group
Je conserve mon adresse mail @renault.com
Le CE Renault éclate en plusieurs petits CE (CE Ampère, CE Horse, CE Power...)
Les accords sociaux Renault sont appliqués pendant 15 mois puis seront renégociés pour être propres à Ampère
Les élections de délégués syndicaux de février 2023 disparaissent, de nouvelles élections seront prévues début 2024
En parallèle de cela, il y a une nouvelle convention collective de la métallurgie qui sera appliquée en janvier 2024 et qui va bouleverser plusieurs choses, notamment l'instauration d'une cotation des postes. Fini les ETAM, les coefficients, l'expérience, l'expertise... Maintenant, chaque poste sera codifié et soumis à une fourchette de salaire.
De la cotation 1 à 10, tu n'es rien (ni ETAM ni cadre). De 11 à 17 tu es cadre. MAIS, si tu es ETAM occupant un poste coté cadre (ce qui est mon cas), ils ont prévu une subtilité : deux sous divisions "cadre" et "non cadre". Pinaise moi qui comptais sur ça pour passer cadre automatiquement, bah c'est mort :lol:

Bref on en saura plus en novembre, pour une application en janvier 2024 :o
 

jeanmay022

Modo hardware OC
Staff
Et oui, aujourd'hui, tout doit rentrer dans des cases !!
A la dernière classif chez nous, mon poste a descendu en échelon sous prétexte que nulle part ailleurs dans le groupe il existait...Nous sommes toujours agents de maitrise mais dans les faits, nous n'avons plus rien au niveau managérial !
Nous sommes considérés aujourd'hui comme de simples opérateurs de prod mais ayant 90% de l'usine à gérer. Notre taf n'a pas changé, heureusement !

La direction nous avait sorti à l'époque qu'il y avait des cadres d'astreinte pour s'occuper des différents soucis (production, ordonnancement etc etc) des autres postes dont nous avions la charge.
Ils ont multiplié les petits managers et chefs d'équipe à notre détriment.
Mais bizzarement, dés qu'il y a un problème, les personnes concernées viennent toujours nous voir !
Le pire c'est que la direction nous a même collé des cadres d'astreinte n'ayant aucune compétence dans notre domaine d'activité... Un comble... Du coup, lors d'un souci, c'est nous qui disons au cadre la marche à suivre et qui appelé !!
 

magellan

Modérâleur
Staff
Et oui, aujourd'hui, tout doit rentrer dans des cases !!
A la dernière classif chez nous, mon poste a descendu en échelon sous prétexte que nulle part ailleurs dans le groupe il existait...Nous sommes toujours agents de maitrise mais dans les faits, nous n'avons plus rien au niveau managérial !
Nous sommes considérés aujourd'hui comme de simples opérateurs de prod mais ayant 90% de l'usine à gérer. Notre taf n'a pas changé, heureusement !

La direction nous avait sorti à l'époque qu'il y avait des cadres d'astreinte pour s'occuper des différents soucis (production, ordonnancement etc etc) des autres postes dont nous avions la charge.
Ils ont multiplié les petits managers et chefs d'équipe à notre détriment.
Mais bizzarement, dés qu'il y a un problème, les personnes concernées viennent toujours nous voir !
Le pire c'est que la direction nous a même collé des cadres d'astreinte n'ayant aucune compétence dans notre domaine d'activité... Un comble... Du coup, lors d'un souci, c'est nous qui disons au cadre la marche à suivre et qui appelé !!
Trop vu et revu, et cela m'a écoeuré dans mon ancienne boite. Une armée de mexicains plus prompts à se marcher dessus pour prendre de l'avancement que de connaître l'état de l'art chez les clients.

Et que dire... je ne compte plus le nombre de fois où j'ai dit "merde" ouvertement à un chef quand il essayait de me fourguer ses responsabilités.

Quelques souvenirs "glorieux"
CHEF - Tu vas aller chez le client X et installer l'outil machin
MOI - Je ne connais pas l'outil, pas question d'y aller. D'ailleurs TU leur as vendus, moi je ne prends pas le risque pour ma pomme
CHEF - Tu vas y aller c'est un ordre
MOI - Comme ça, si ça marche tu as vendu le truc, si ça foire je prends sur la tronche? Passe devant
CHEF - T'as pas le choix
MOI - Va chier.
CHEF - QUOI?
MOI - Bouge pas, je te l'écris par mail pour laisser une trace avec la direction en copie comme ça on verra ce qu'on va me répondre.

Autre cas
CHEF - Tu peux appeler au COPIL (comité de pilotage) à ma place?
MOI - Oui, si tu me files ta paie
CHEF - QUOI?!
MOI - Pourquoi aller à ta place? Soit je suis payé pour prendre des décisions et être présent à ces réunions, soit c'est hors de question que j'y aille.

Encore un autre (celui là est grandiose)
Je croise par hasard le directeur technique de l'antenne chez le client. Cette pourriture était venue voir un autre projet sans daigner faire une halte chez nous (autre équipe). Pas de bol, je prenais l'air avec ma clope.
MOI - Tiens bonjour. On s'est loupés à mon étage?
LUI - Ben non je n'ai pas eu le temps de passer vous voir
MOI - Alors on n'aura pas le temps non plus de bosser pour vous. La politesse ça marche dans les deux sens
LUI - C'est quoi cette réflexion?!
MOI - C'est celle d'un type qui passe systématiquement vous saluer quand il vient au siège, et qui s'attend à un minimum de respect en retour!

Il avait un larbin avec lui (son "secrétaire" en gros).
SECRETAIRE - ça va pas de parler comme ça?!
MOI - Toi je t'ai pas sonné. Quand tu auras une position de décision tu auras le droit de l'ouvrir. Et ça n'est pas à toi que je parle là.

ça a fait un de ces bordels.. le mec a voulu faire le mariole en plus. Je me suis fait aussi une joie de lui écrire un mail avec mon équipe en copie, la direction avec en gros un message du genre

"La position hiérarchique n'exclue jamais la politesse ni le respect. Nous nous attendons, en tant qu'exécutants, à un minimum de respect et de considération. Cela passe par le simple mot "bonjour" et personnellement entendre que cela s'offusque quand j'ai le malheur de demander ce fondamental d'éducation, cela ne peut que me pousser à répondre "merde" à toute demande de ma hiérarchie. De là, je vous invite tous à réfléchir et à bien peser ce qu'il convient de tenir comme discours à ce propos"

Et ça, ce sont quelques exemples parmi bien d'autres encore plus délirants.
 

jeanmay022

Modo hardware OC
Staff
Alors, la dernière, elle est pas mal !! J'ai l'impression d'entendre Leodagan dans Kaamelott...
 

magellan

Modérâleur
Staff
En tous cas, c'est raccord avec ton avatar. Tes chefs doivent t'adorer :love:
A chaque fois que j'ai eu une personne responsable et honnête, je n'ai jamais compté ni mes efforts ni mes coups de main et ce même si cela sortait de mes prérogatives.

Ce dont j'ai horreur, c'est d'être pris pour un idiot. Quand on bosse, il y a des règles qui me semblent fondamentales
- Ta vie privée, tu la laisses sur une étagère à la prise de poste, et tu la reprends en quittant ton poste
- Tes opinons politiques n'ont pas à être prises en considération. Ton rôle c'est de bosser, pas de faire du prosélytisme pour ta chapelle.
- N'accepte pas de faire le boulot d'autrui n'importe comment. S'il s'agit d'aider quelqu'un qui te rendra la politesse, pourquoi pas. Sinon, hors de question d'avoir les risques et responsabilités sans en avoir un retour financier
- Les "merci" et la petite tape flatteuse sur l'épaule ne font pas chauffer la gamelle.
- Les paroles s'envolent, les écrits restent
- Si une autre équipe qui n'est pas la tienne te propose un renfort, méfie-toi: depuis quand se défait-on d'un collaborateur efficace pour le prêter?
- Si tu considères un collègue comme un pote, prends le temps de bien réfléchir à la posture. Le jour où il y aura un conflit, tu devras te souvenir qu'un professionnel doit être avant tout pragmatique et pas amical.
- Une entreprise n'est pas une démocratie. Les décisions peuvent être prises de manière collégiale, mais il y aura toujours un seul arbitre, celui tout en haut de la pyramide. Si des décisions sont prises, elles le seront de sorte à préserver le système et pas l'individu
- Ne jamais répondre à la question "qui est toxique dans l'équipe". C'est un piège où l'on veut faire sortir du bois le délateur. La manière la plus efficace pour démontrer la toxicité/incompétence d'un collaborateur, c'est de recenser les évènements qui peuvent mettre en évidence le problème, et pas le dénoncer directement. De là, tôt ou tard, des questions seront posées et c'est à ce seul moment qu'il s'agira de dire "j'ai de quoi étayer le bilan si on l'exige de moi de donner des éléments à charge"
- Ne jamais céder au biais de soumission hiérarchique. Si une décision semble absurde, c'est qu'elle l'est probablement. Ce n'est pas parce que beaucoup s'entêtent à maintenir une trajectoire inepte que cela devient la bonne route. Pire: le niveau hiérarchique ne garantit pas la compétence, et encore moins l'absence d'erreur
- Ne pas céder à l'orgueil. Tout choix est soumis aux évènements et se tromper est une chose normale. Ce qui ne l'est pas, c'est de persister sous prétexte d'avoir honte de son errance. Celui qui reconnait ses erreurs sera pris pour une personne raisonnable et raisonnée, celui qui s'entêtera passera tôt ou tard pour un incompétent.
- Etre tyrannique n'est pas un fonctionnement efficace. La peur n'incite pas à l'action, elle incite à la crainte d'agir. En revanche, la fermeté assumée, elle, incite à prendre des décisions, car elle mène les collaborateurs à considérer qu'il sont menés par une personne sûre d'elle, et plus encore que le supérieur sera là en cas de dérive.
- Ne jamais omettre de mettre en avant ceux qui ont des idées et qui permettent d'aller dans le bon sens. Les idées même les plus petites, une fois cumulées, s'ajoutent au courant. Le simple fait d'énoncer à autrui qu'un collègue a eu une bonne idée sera bénéfique pour la personne citée car elle sera perçue comme constructive, et celle qui l'entendra se dira qu'elle aussi pourrait avoir des idées et donc mériter un commentaire élogieux. Cela doit naturellement s'accompagner, à terme, de progrès salariaux si la situation le permet.
- Ne jamais pousser sous le tapis les problèmes. Qu'ils soient économiques, techniques, ou encore sociaux, les cacher ne sert à rien. Mettre les choses à plat ne peut que responsabiliser chacun. Admettons une crise économique: cacher à chacun que la société a du mal n'est pas constructif. En revanche, annoncer en toute transparence mènera chacun à agir en conséquence.
 
Vous devez vous inscrire ou vous connecter pour répondre ici.
Derniers messages publiés
Statistiques globales
Discussions
730 245
Messages
6 720 832
Membres
1 586 646
Dernier membre
Testeur9786
Partager cette page
Haut